Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Technologie · L'ancêtre du visiophone

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

175$ par mois pour chatter avec une webcam en noir et blanc. WOW! Bell ont toujours été voleurs et le seront toujours!

Soumis par : pierluc


L'ancêtre du visiophone

Date de diffusion : 12 septembre 1971

En mars 1971, Bell Canada met au point un appareil qui allie l'image et la parole, le « vidéophone ». Quelques mois plus tard, le vice-président de Bell Canada, Jean de Grandpré, fait une courte démonstration de ce visiophone rudimentaire. Il expose son fonctionnement au journaliste Paul-Émile Tremblay.

La haute direction de Bell Canada testera pendant quelques mois le « vidéophone ». Peu exploité par les dirigeants lors de la période d'essai, le prototype ne sera jamais mis en marché.

Déjà, à la Foire mondiale de New York, en 1964, AT&T expose un prototype similaire au « vidéophone », le Picturephone. Des visiteurs font la queue pendant des heures pour pouvoir converser avec des vacanciers se trouvant à Disneyland, en Californie.

Le Picturephone n'aura pas le succès escompté aux États-Unis. L'abonnement mensuel exorbitant de 160 dollars freinera la location de l'appareil. En décembre 1973, AT&T le retire du marché.

N'empêche que les études de marché occasionnée par le « vidéophone » et par l'expérience du Picturephone ont montré l'intérêt d'une technologie alliant l'image au son. Ce type d'appareil de télécommunication séduit particulièrement le milieu des affaires.

Ainsi, à partir d'avril 1972, des visioconférences sont organisées entre Montréal et Toronto. Mais les techniques de compression de l'image ne sont alors pas tout à fait au point. L'avènement de la fibre optique et de la transmission numérique des données amènera à perfectionner cette technologie.

L'ancêtre du visiophone

• Le pavillon du téléphone de l'Expo 67 exhibe le Picturephone pour la première fois au Canada. Cette attraction et la présentation d'un film en panoramique sur neuf écrans suscitent la curiosité de milliers de visiteurs.

• Depuis le début du 21e siècle, la technologie rend possible l'organisation de visioconférences à prix modique sur le réseau Internet.

• L'Office québécois de la langue française préconise l'emploi des termes visiophone et visioconférence, même si le préfixe vidéo est courant dans l'usage.

• Jean de Grandpré, avocat, entre chez Bell en 1966 comme chef du contentieux. Il travaille à l'achat par Bell Canada de Northern Telephone (une compagnie indépendante ontarienne), de New Brunswick Telephone et de Maritime Telephone and Telegraph. L'entrepreneur souhaite ainsi empêcher la société américaine General Telephone and Electronic de mettre la main sur d'autres entreprises que BC Tel et Québec-Téléphone. De Grandpré préside Bell Canada de 1973 à 1976.

• L'avènement des satellites, de la fibre optique et de la téléphonie cellulaire modifient le paysage de la téléphonie depuis les années 1970. Les récents développements en informatique encouragent l'intégration des téléphones sans fil aux ordinateurs portatifs.

• Au début du 21e siècle, Telus et Bell Canada Entreprises monopolisent la téléphonie au pays. Avec le développement des télécommunications, ces sociétés doivent diversifier leurs expertises et concurrencer les cablôdistributeurs et les entreprises spécialisées en informatique.

L'ancêtre du visiophone

Média : Télévision

Émission : La Flèche du temps

Date de diffusion : 12 septembre 1971

Invité(s) : Jean de Grandpré

Ressource(s) : Paul-Émile Tremblay

Durée : 4 min 15 s

Dernière modification :
21 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'invention d'Alexander Graham Bell
Radio
22 min 57 s
Le vibraphone de Graham Bell transmet la voix humaine à distance pour la première fois, en 1876.
Une visite au musée du téléphone
Télévision
21 min 51 s
En 1957, le musée de l'entreprise Bell à Montréal dévoile sa collection aux journalistes de Radio-Canada.