Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Technologie · La dernière téléphoniste de Bécancour

La dernière téléphoniste de Bécancour

Date de diffusion : 5 avril 1966

Pendant des décennies, les téléphonistes, comme celles de Bécancour, symbolisent les sociétés de téléphone. Les entreprises disent engager des femmes pour la « clarté de la voix féminine »… L'emploi constitue tout de même un avancement social pour plusieurs jeunes filles issues de la classe ouvrière. Il ne demande aucune connaissance technique particulière.

Ludger Beauregard, géographe, décrit les bouleversements connus par le réseau téléphonique canadien, et par ricochet par les téléphonistes, au milieu des années 1960. Selon lui, le réseau du Québec nécessite une modernisation.

Tributaire des évolutions technologiques aux États-Unis, le réseau téléphonique du Canada a lentement gagné son indépendance. Au cours des années 1950, les entreprises de téléphone canadiennes complètent l'intégration du réseau téléphonique, d'abord plutôt anarchique. Les sociétés indépendantes de téléphone, en croissance au Québec et en Ontario au début du 20e siècle, sont achetées presque en totalité par Bell Telephone Company of Canada dans les années 1950 et 1960.

Dans les premiers temps, le métier de téléphoniste n'est pas de tout repos. Une dizaine de téléphonistes s'assoient en ligne face à leurs bruyants standards. Des surveillantes, debout derrière elles, s'assurent de la cadence du travail. Toute réponse spontanée est défendue. Les téléphonistes débitent des phrases apprises par cœur aux abonnés afin de ne pas ralentir le service. Il leur est interdit de rire et elles doivent demander la permission pour aller aux toilettes.

La dernière téléphoniste de Bécancour

• Le métier de téléphoniste a d'abord été l'apanage du sexe masculin. Au départ, l'emploi requérait la capacité de réparer le matériel électrique et s'apparentait au travail du télégraphiste.

• Dans les années 1970, des stations de travail avec ordinateur remplacent les standards manuels aux lampes de signalisation d'appels.

• En 1929, le Canada compte 2400 compagnies de téléphone indépendantes. À partir de 1941, leur nombre commence à décroître.

• D'abord dominé par les « Blancs anglo-protestants », le personnel du téléphone s'est diversifié au fil des décennies. Des francophones, des femmes, des Italiens et des minorités visibles se sont joints aux entreprises du téléphone.

• Entre 1945 et 1980, les effectifs de Bell Canada passent d'environ 15 000 à plus de 50 000 employés.

• Par manque de capitaux pour moderniser son réseau, la famille de Jules-André Brillant vend Québec-Téléphone, alors le plus grand réseau téléphonique indépendant au pays. En mars 1966, l'entreprise est achetée par General Telephone and Electronics, entreprise également propriétaire de BC Tel. La transaction permet le maintien du siège social de Québec-Téléphone à Rimouski.

La dernière téléphoniste de Bécancour

Média : Télévision

Émission : Le Sel de la semaine

Date de diffusion : 5 avril 1966

Invité(s) : Ludger Beauregard

Durée : 4 min 06 s

Son intermittent

Dernière modification :
21 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Yousuf Karsh : reconnaître la beauté
Télévision
24 min 11 s
13 juillet 2002
Yousuf Karsh, photographe portraitiste canadien de renommée mondiale, est mort le 13 juillet 2002, à Boston. Il était âgé de 93 ans.
Léo Ferré, les femmes, les chiens et les chimpanzés
Télévision
13 min 46 s
5 février 1970
Léo Ferré, l'anarchiste et le solitaire, parle des femmes, de son rapport aux animaux et de l'amitié qui n'existe pas.