Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Technologie · L'interurbain automatique

L'interurbain automatique

Date de diffusion : 19 mai 1962

Dans les années 1950, une station centrale formée d'immenses ordinateurs électromécaniques relègue aux oubliettes la commutation manuelle des centraux téléphoniques. Le changement permet d'accroître la rentabilité des services interurbains. Mais, après quelques années, l'informatique fera évoluer la technologie électronique.

En 1962, les journalistes Guy Messier et Lorraine Duguay interrogent des employés de Bell Canada sur les changements connus par le réseau téléphonique de leur entreprise.

Les États-Unis adoptent l'interurbain automatique électronique à partir de novembre 1951. Cette technologie est inaugurée à Toronto en 1958 et à Montréal trois ans plus tard. En 1963, un central interurbain de Bell Canada peut effectuer entre 45 000 et 50 000 appels interurbains par jour. Des centaines de téléphonistes seraient requises pour effectuer le même travail.

Bell Telephone Company of Canada implante ses premiers commutateurs automatiques mécaniques en 1924. Avant cette date, l'entreprise refusait d'adopter ce progrès technologique afin de maintenir son monopole. Elle jugeait l'entretien des commutateurs trop coûteux et défendait le côté humain amené par les téléphonistes.

L'automatisation mécanique des centraux coïncide avec l'apparition des premiers téléphones à cadran. Le changement oblige les abonnés à composer un numéro de téléphone.

L'interurbain automatique

• Le premier appel interurbain s'effectue le 10 août 1876, entre Brantford et le village de Paris, en Ontario. Graham Bell, qui séjourne à Brantford chez son père, loue à la Dominion Telegraph les 13 km de lignes télégraphiques qui relient les deux municipalités afin de réaliser l'exploit.

• Le gouvernement canadien réglemente les tarifs de base et les tarifs interurbains des sociétés de téléphone. L'interurbain sera rapidement le secteur le plus rentable des télécommunications.

• En 1889, un croque-mort du Midwest américain invente le premier commutateur mécanique. L'entrepreneur de pompes funèbres Almon B. Strowger, de Kansas City, au Missouri, voulait contrecarrer le supposé favoritisme des téléphonistes pour l'un de ses concurrents.

• À la fin des années 1990, les derniers commutateurs électroniques des centraux téléphoniques canadiens sont remplacés par des commutateurs numériques. L'entreprise Northern Telecom s'assurera de la transition.

• En 1945, l'Amérique du Nord arrête à sept le nombre de chiffres d'un numéro de téléphone. Les indicatifs régionaux se maintiennent à trois chiffres. Auparavant, des numéros à trois, quatre ou cinq chiffres coexistaient dans l'anarchie.

• Selon le plan de 1945, le Canada possède 8 des 86 indicatifs régionaux d'Amérique du Nord. La saturation des lignes entraînée par l'arrivée des téléphones cellulaires et des télécopieurs oblige aujourd'hui l'emploi d'un chiffre supplémentaire avant l'indicatif.

L'interurbain automatique

Média : Télévision

Émission : Les Apprentis

Date de diffusion : 19 mai 1962

Ressource(s) : Lorraine Duguay, Guy Messier

Durée : 13 min 02 s

Dernière modification :
20 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'invention d'Alexander Graham Bell
Radio
22 min 57 s
Le vibraphone de Graham Bell transmet la voix humaine à distance pour la première fois, en 1876.
Une visite au musée du téléphone
Télévision
21 min 51 s
En 1957, le musée de l'entreprise Bell à Montréal dévoile sa collection aux journalistes de Radio-Canada.