Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Au fil des jours · Le jeudi 30 décembre 1999 · L'origine du bogue de l'an 2000

L'origine du bogue de l'an 2000

Date de diffusion : 30 décembre 1999

À l'occasion du congé des fêtes, René Homier-Roy, l'animateur habituel du populaire magazine de services C'est bien meilleur le matin, laisse sa place à Joane Prince. À deux jours du grand moment, l'intérêt de l'équipe se tourne vers des sujets reliés à l'arrivée de l'an 2000. Parmi eux, le bogue de l'an 2000, qui tourne parfois à l'hystérie collective.

La perspective de voir tomber à plat des réseaux et des systèmes informatiques fait craindre le pire. Mais quelle est l'origine de ce problème planétaire? Le chroniqueur spécialiste d'Internet et des nouvelles technologies, Bruno Guglielminetti, explique les raisons de ce cafouillage de fin de siècle.

Pannes d'électricité, déclenchement accidentel d'armes nucléaires, début d'une crise financière mondiale, les pires scénarios, comme les plus petits inconvénients, sont envisagés au tournant de l'an 2000.

Lors de la conception des premiers systèmes informatiques, les ingénieurs et les programmeurs ont adopté une convention selon laquelle les dates ne sont indiquées que par les deux derniers chiffres : 72 pour 1972, 86 pour 1986, et ainsi de suite. Au passage du 1er janvier 2000, à minuit, les systèmes informatiques fonctionneront à partir de ce qu'ils interpréteront comme l'année 1900. Plus de peur que de mal, car finalement le bogue aura peu d'impact sur la vie des gens.

L'origine du bogue de l'an 2000

• Outre les chroniques sur Internet et les nouvelles technologies diffusées dans différentes émissions, Bruno Guglielminetti est le producteur du « Carnet techno » sur le site Internet de Radio-Canada. Il réalise également le Mag radio, un magazine hebdomadaire qui reprend les meilleurs moments de la semaine à la Première Chaîne. Mag radio est diffusé le samedi à 11 h 08 et est animé par Sophie Durocher.

• En 1999, la part d'audience de C'est bien meilleur le matin passe de 4,1 % à 6,6 %, selon BBM. À l'automne 2003, le magazine de services devient l'émission du matin la plus écoutée à Montréal.

• Les collaborateurs de Joane Prince pour cette édition des fêtes sont Philippe Desrosiers à la culture et à la météo, Marie Malchelosse aux sports, Bernard Faucher à la revue de presse. Louis Poirier remplace la réalisatrice habituelle de l'émission, Louise Carrière.

• Plus ludique, l'édition des fêtes de C'est bien meilleur le matin propose des chroniques telles que celles de Jean Chartrand sur le plein air et les conditions de ski, d'Ève Déziel sur la famille et les enfants, et de Normand Labelle sur les légendes urbaines.L'animatrice Joane Prince a collaboré à plusieurs émissions à la télé et à la radio de Radio-Canada, dont Star d'un soir, La Bande des six, Indicatif présent, et a été chroniqueuse à C'est bien meilleur le matin avec René Homier-Roy comme animateur.

L'origine du bogue de l'an 2000

Média : Radio

Émission : C'est bien meilleur le matin

Date de diffusion : 30 décembre 1999

Ressource(s) : Joane Prince, Bruno Guglielminetti

Durée : 3 min 59 s

Dernière modification :
24 mars 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Un journaliste sur les lieux du drame
Radio
4 min 29 s
Yves Desautels fut l'un des premiers journalistes à arriver à l'École polytechnique lors des événements du 6 décembre 1989.
Les assassins de Bull courent toujours
Radio
10 min 18 s
Près de 13 ans après l'assassinat, Normand Lester commente les dernières informations concernant Gerald Bull parues dans un journal belge.