Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Exploration spatiale · Comment fonctionne le bras canadien?

Comment fonctionne le bras canadien?

Date de diffusion : 26 mai 1996

S'il contribue au succès de nombreuses missions, le Canadarm réalise aussi des opérations imprévues. En 1984, il déloge de la glace sous la navette spatiale Discovery lors de son premier vol. Au cours d'autres missions, il secoue un satellite en panne pour le réanimer et dégrippe des panneaux solaires immobilisés par le gel.

En 1996, l'animateur Yannick Villedieu interroge la journaliste Johanne Arcand sur la technologie du Canadarm. Elle lui explique le maniement du bras robot et la façon dont les astronautes le manoeuvrent.

Le bras robotique possède deux articulations à l'épaule pour la flexion et l'extension, trois au poignet pour tourner la « main » et effectuer des mouvements latéraux ou verticaux. Il possède une articulation au coude afin de pouvoir s'allonger et se replier. Chaque jointure bouge grâce à un petit moteur.

La « main » du Canadarm se compose d'une couronne contenant trois câbles qui se resserrent sur le bloc de saisie d'une charge utile pour pouvoir la déplacer tout en douceur.

Les conditions d'obscurité ou de faible éclairage dans l'espace nuisent à la manipulation des satellites par le Canadarm. Le système de vision spatiale, en usage depuis 1992, pallie la difficile mesure de la distance des objets dans l'espace. Une série de points noirs repérés sur le satellite ou sur la charge par ordinateur guide les astronautes dans leur déplacement.

En 1984, au cours de la mission 41-G, Marc Garneau effectue une série d'essais préliminaires pour l'élaboration de ce système.

Comment fonctionne le bras canadien?

• Le 10 décembre 1993, l'astronaute suisse Claude Nicollier maintient en place le télescope géant Hubble à l'aide du bras canadien. Des astronautes remplacent les panneaux solaires du satellite, réparent un ordinateur et ajustent la forme d'un miroir. Le bras articulé aide à la réparation du télescope Hubble en 1997, 1999 et 2002.

• En janvier 2004, la NASA décide de ne plus rénover le télescope Hubble. Son successeur, le James Webb, sera mis en orbite trop tard pour garantir la poursuite des observations de Hubble.

• Le bras télémanipulateur mesure 40 centimètres de diamètre. Il contient plus de 300 câbles électriques et sept moteurs.

• Le Canadarm doit se maintenir à une température se situant entre – 20 degrés et 70 degrés Celsius. Un revêtement de protection thermique lui permet de résister au froid extrême de l'espace ou à la surchauffe des articulations.

• Le bras robotique doit être le plus leste possible. Il est conçu en fibre de carbone, un matériel plus léger et plus résistant que la fibre de verre. La main du robot est en aluminium.

• Le Canadarm pèse 415 kg sur terre. Il peut soulever en apesanteur une charge allant jusqu'à 25 000 kg, soit le poids d'un autobus. L'absence de gravité rend possible un tel exploit. Sur terre, le bras est incapable de soulever son propre poids.

Comment fonctionne le bras canadien?

Média : Radio

Émission : Les Années lumière

Date de diffusion : 26 mai 1996

Ressource(s) : Joane Arcand, Yanick Villedieu

Durée : 4 min 09 s

Dernière modification :
20 septembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Premier exploit du Canadarm
Télévision
1 min 45 s
De Houston, Réal d'Amours relate le premier exploit du Canadarm.
Marc Garneau et le Canadarm
Télévision
2 min 14 s
Des astronautes ont pu réaliser des expériences sur le bras robot canadien, comme l'explique Réal d'Amours.