Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Exploration spatiale · Garneau et STS-97 vus par Julie Payette

Garneau et STS-97
vus par Julie Payette

Date de diffusion : 30 novembre 2000

Avec la mission STS-97, Marc Garneau, 51 ans, réalise son rêve de se retrouver sur une station spatiale internationale habitée. Il s'agit du dernier vol de l'astronaute, qui se trouve très privilégié d'avoir pu voyager dans l'espace à trois reprises. Le lancement de la navette Endeavour a lieu à 22 heures, le 30 novembre 2000, et le retour le 11 décembre. Ce voyage est un point culminant de la carrière de Garneau. L'astronaute tente de savourer l'expérience pendant ses moments libres. Il regarde l'univers par les hublots et se pose de grandes questions.

Endeavour s'envole pour une des cinquante missions de montage et de préparation de la station spatiale internationale. Cinq astronautes sont présents dans la navette. Marc Garneau y est ingénieur de vol et travaille conjointement avec le pilote. Le commandant Garneau, qui en est à sa troisième mission, va être aux commandes des systèmes de la navette et manoeuvrer le bras canadien. L'astronaute va manipuler le bras robot au moment de l'installation et du déploiement de panneaux solaires américains sur la station orbitale.

Le déploiement des grands panneaux solaires rend nerveux Marc Garneau. Les panneaux sont lourds et chers, ils coûtent plus de 600 millions de dollars. La première paire de panneaux solaires peut alimenter la station pour les 15 prochaines années (quatre paires semblables seront installées).

Garneau doit utiliser le système de vision du Canadarm développé par des entreprises canadiennes. L'équipage l'appuie au cours de cette opération délicate : deux équipiers le guident à l'intérieur de la navette alors que deux autres se trouvent sur le pont pour l'aider.

Garneau et STS-97
vus par Julie Payette

• Les panneaux solaires déployés par Marc Garneau dans l'espace ont 73 mètres de long sur 10 mètres de large. Ils sont d'abord pliés en accordéon. Des radiateurs doivent être utilisés pour renvoyer la chaleur produite par les panneaux solaires dans l'espace. Les nouveaux panneaux vont générer 18 kilowatts d'énergie. Les panneaux russes installés sur la station généraient 2 kilowatts d'électricité nécessaires à la survie des astronautes. Une batterie emmagasine l'énergie produite, car sur les 92 minutes d'orbite de la station, la Terre cache le Soleil pendant 30 minutes.

• Les Soviétiques ont été les premiers à maîtriser l'envoi de stations orbitales, d'abord avec Saliout dans les années 1970, puis avec la station Mir à partir des années 1980. Ces stations permettent aux astronautes d'effectuer des séjours de longue durée dans l'espace. Des expériences ayant des applications en biologie, en physique et en électronique sont réalisées dans ces stations. Les Américains envoyèrent la station Skylab en orbite en 1973, mais elle fut abandonnée puis s'écrasa en 1979.

• En novembre 2000, au moment de cette entrevue, l'ingénieure Julie Payette a déjà participé à une mission spatiale. Du 27 mai au 6 juin 1999, elle est spécialiste de mission dans un vol de la navette Discovery. Au cours de ce vol, quatre tonnes de matériel sont installées sur la station orbitale, et Julie Payette devient la première Canadienne à monter à bord de cette station.

• Julie Payette est sélectionnée pour devenir astronaute avec trois autres candidats en juin 1992. Elle travaille par la suite au développement du système d'entretien mobile, contribution canadienne à la Station spatiale internationale.

Garneau et STS-97
vus par Julie Payette

Média : Radio

Émission : Montréal-express

Date de diffusion : 30 novembre 2000

Invité(s) : Julie Payette

Ressource(s) : Frank Desoer

Durée : 7 min 19 s

Dernière modification :
9 novembre 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Morgentaler condamné
Radio
1 min 48 s
Le Dr Henry Morgentaler a été reconnu coupable d'avoir pratiqué un avortement par la Cour d'appel du Québec, malgré son acquittement par un jury.
Produire des émissions durant la crise du verglas
Radio
3 min 13 s
L'entreprise publique est accusée de gaspiller l'électricité.