Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Sciences et technologies · Biotechnologie · La science au service de l'argent?

La science au service de l'argent?

Date de diffusion : 30 novembre 1999

« Quand les pollueurs d'hier se retrouvent les semenciers d'aujourd'hui, il y a des raisons de s'inquiéter », s'exclame la sociologue Louise Vandelac. En effet, les géants de l'industrie chimique ont acquis les petites sociétés de semences et fusionné avec les compagnies pharmaceutiques. Ensemble ils se partagent le lucratif marché de l'alimentation mondiale. Le journaliste Pierre Maisonneuve en discute avec ses invités, la sociologue Louise Vandelac et Dominique Michaud, chercheur au département de phytologie de l'Université Laval.

Dans cette course aux gènes, le Canada figure dans le peloton de tête, devancé par les États-Unis et l'Argentine. Mais la recherche est souvent financée par des organismes privés, les industriels des semences, de l'agrochimie et du génie génétique, centrés sur les applications concrètes des découvertes. Elle est trop souvent liée au milieu économique, déplore la sociologue. Cette liaison ne remet-elle pas en cause l'indépendance et l'objectivité de la recherche?

La science au service de l'argent?

• Aux États-Unis, Leonard Minsky, directeur de la Coalition nationale universitaire dans l'intérêt public, n'hésite pas à qualifier les universités américaines d'« enfer de corruption ». Il dénonce les accords de recherche conclus entre universités américaines et groupes agro-industriels, privant la recherche de toute indépendance et objectivité.

• Le scientifique Arnaud Apoteker, il parle « d'arme alimentaire » aux mains de cartels extrêmement puissants, qui contrôlent tous les échelons de la production alimentaire, de la production de semences à la fabrication de produits alimentaires industrialisés pour une consommation à grande échelle.

• Le budget mondial de la recherche génétique sur les végétaux est difficile à évaluer, mais selon Axel Kahn, directeur de l'ouvrage Les Plantes transgéniques en agriculture, publié en 1996, le budget des organismes privés et publics dans les pays occidentaux est de l'ordre de 800 à 900 millions de dollars.

• Pioneer, la plus grosse société de semences au monde, avait en 1995 un budget de recherche estimé à 136 millions de dollars pour des ventes de 1,7 milliard de dollars.

• Parmi les principales cultures plantées en Amérique du Nord en 1999, on retrouve des pommes de terre, du maïs, du colza, du soja et du coton. Le maïs et le colza (huile de canola) se retrouvent dans beaucoup d'aliments transformés. Selon Santé Canada, en 2003, 70 % des aliments transformés pourraient contenir des OGM.

• Au Québec, la majorité des cultures modifiées génétiquement est destinée à l'alimentation animale.

La science au service de l'argent?

Média : Télévision

Émission : Maisonneuve à l'écoute

Date de diffusion : 30 novembre 1999

Invité(s) : Dominique Michaud, Louise Vandelac

Ressource(s) : Pierre Maisonneuve

Durée : 30 min 53 s

Dernière modification :
20 juin 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Entente à Asilomar
Radio
3 min 50 s
En 1975, les généticiens du monde entier établissent un code de conduite pour la recherche génétique.
Et l'homme créa la nature
Télévision
19 min 19 s
En modifiant les propriétés naturelles des plantes, l'homme veut recréer la nature selon ses besoins.