Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · Sang contaminé : la mort goutte à goutte

Période : 1985 - 2002

Sang contaminé : la mort goutte à goutte

Au début des années 1980, plusieurs hémophiles et transfusés sont atteints du VIH. La Croix-Rouge canadienne attend 1985 avant d'effectuer des tests de dépistage auprès de ses donneurs et de retirer certains produits sanguins utilisés par les hémophiles. Vers la fin de la décennie, un nouveau virus frappe les hémophiles et les transfusés, l'hépatite C. Il faudra attendre 1997 et une commission d'enquête pour que la lumière soit faite sur le scandale du sang contaminé.

Image de la Une : vladm. BigStockPhoto.com

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
10 clips radio

La Croix-Rouge teste le sang donné

Date de diffusion : 18 février 1987

Le test de dépistage ELISA, qui permet de détecter les anticorps du VIH dans les dons sanguins, a été mis en place par la Croix-Rouge canadienne en novembre 1985. Plus d'un an après, la journaliste Julie Miville-Dechêne révèle qu'un nombre anormalement élevé de donneurs québécois sont porteurs du virus du sida.

On ne parle pas encore de « scandale du sang contaminé », mais des inquiétudes se précisent dans le milieu des hémophiles où le nombre de cas de contamination continue d'augmenter.

La question des dons de sang contaminé par le virus du sida est posée dès 1982 aux États-Unis, avant même que le virus du sida lui-même ne soit identifié. Cette maladie inconnue se propage rapidement. On dénombre des centaines de victimes aux États-Unis, au Canada et en Europe. La maladie frappe tout d'abord la communauté homosexuelle. Mais dès juillet 1982, les hémophiles viennent s'ajouter à la liste des victimes. Les Centers for Disease Control américains soupçonnent déjà les dérivés sanguins que les hémophiles utilisent.

En octobre 1982, le comité-sida est créé. Dirigé par le Dr Richard Morisset, chef des maladies infectieuses à l'hôpital Hôtel-Dieu de Montréal, ce comité coordonne la recherche sur le sida. Ce même Richard Morisset suggère, en mars 1987, aux hémophiles anxieux de la situation de passer un test du sida, mais, dit-il dans une entrevue accordée à Pierre Nadeau pour Le Point, l'épidémie n'est pas aussi répandue au Canada qu'aux États-Unis et il n'y aurait « que » 30 cas de transfusés ayant contracté le sida au Canada.

La Croix-Rouge teste le sang donné

• Maladie génétique, l'hémophilie touche environ un garçon sur 5000 à 10 000 et est transmise aux garçons – rarement aux filles – par la mère. Elle se manifeste par des troubles du processus de coagulation du sang résultant en hémorragie. L'hémophilie A est caractérisée par un déficit de protéines de facteur VIII et l'hémophilie B, de protéines de facteur IX.

• On connaît l'existence de l'hémophilie depuis l'Antiquité. On retrouve une mention de la maladie dans le Talmud au IIe siècle. On doit la dénomination de la maladie à un médecin de l'université de Zurich, le Dr Hopff. La première transfusion sanguine pour contrôler le saignement d'un hémophile est réalisée en 1840. En 1939, Kenneth Brinkhous, un médecin américain, identifie le facteur VIII comme étant l'élément manquant chez les hémophiles.

• L'hémophilie a également été appelée la « maladie des rois » car la reine Victoria, qui règne sur l'Empire britannique de 1837 à 1901, est porteuse du gène de la maladie; son huitième enfant et de nombreux de ses descendants seront atteints de la maladie. Sa petite-fille Alexandra transmet l'hémophilie à la famille royale russe lorsqu'elle épouse le tsar Nicolas au début du XXe siècle.

La Croix-Rouge teste le sang donné

Média : Télévision

Émission : Montréal ce soir

Date de diffusion : 18 février 1987

Invité(s) : Francine Décary, Jean Robert

Ressource(s) : Marie-Claude Lavallée, Julie Miville-Dechêne

Durée : 2 min 08 s

Dernière modification :
29 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
18 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Thon : odeurs nauséabondes au Parlement
Télévision
13 min 18 s
19 septembre 1985
En septembre 1985, un journaliste de la CBC révèle que le ministre des Pêches a autorisé la vente de thon en boîte avarié.
Thalidomide : le médicament de la difformité
Dossier
De 1959 à 1962, la thalidomide est administrée aux femmes enceintes pour réguler leurs nausées en début de grossesse.