Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · Un hémophile contaminé commente la commission Krever

Un hémophile contaminé commente la commission Krever

Date de diffusion : 2 janvier 1996

Pour Guy-Henri Grondin, « séropositif par erreur » selon sa propre expression, il y a plusieurs responsables : le ministre fédéral de la Santé, qui signe les contrats d'achat de sang et se doit de faire un contrôle de qualité; tous les acteurs du système de santé, des médecins aux infirmières, qui ont fait des tests de dépistage du sida mais qui n'ont pas transmis les résultats aux donneurs; la Croix-Rouge à cause du monopole qu'elle exerce.

En janvier 1996, la Commission Krever dresse une liste de 70 allégations incriminant la Croix-Rouge. Entre autres, la société a continué à distribuer du sang non traité alors qu'elle disposait de produits traités; elle a omis de demander aux donneurs s'ils faisaient partie d'un groupe à risque ou s'ils avaient des symptômes du sida; les cliniques de sang ont continué de collecter des dons dans des régions urbaines où la population homosexuelle était importante.

Un hémophile contaminé commente la commission Krever

• Quelque 12 000 personnes auraient reçu du sang contaminé par le virus de l'hépatite C depuis 1985, dévoile la Commission Krever en février 1995. La Croix-Rouge canadienne aurait refusé à la même époque d'effectuer des tests de dépistage, par souci d'économie et par crainte de perdre des donneurs.

• Pendant au moins un an, entre 1983 et 1984, la société canadienne Connaught a vendu du sang provenant de cinq prisons américaines, l'une en Arkansas et les autres en Louisiane. Connaught s'approvisionnait auprès du courtier montréalais en produits sanguins Cryosan, qui l'obtenait de son côté du Community Plasma Center, en Louisiane. Or il était reconnu que les prisonniers formaient une population à risque.

• Au début de 1983, la Food and Drug Administration, l'agence gouvernementale américaine qui régit la sécurité des aliments et des médicaments, conseille aux banques de sang américaines de ne plus se servir de sang de prisonniers, considérés à risque élevé. Lorsque celles-ci cessent d'acheter du sang de prisonniers, les gestionnaires du programme de sang de l'Arkansas trouvent de nouveaux débouchés pour les produits au Canada, par le biais du courtier Cryosan.

Un hémophile contaminé commente la commission Krever

Média : Radio

Émission : Les Actualités (radio)

Date de diffusion : 2 janvier 1996

Invité(s) : Guy Henri Godin

Ressource(s) : Denise Faille, Pauline Vanasse

Durée : 10 min 29 s

Dernière modification :
4 juin 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La Croix-Rouge teste le sang donné
Télévision
2 min 08 s
4 novembre 1985
Depuis la fin de l'année 1985, il existe un test de détection des anticorps du VIH dans les dons de sang.
La Croix-Rouge au courant depuis 1984
Radio
22 min 42 s
La Croix-Rouge canadienne sait depuis 1984 que la sécurité des transfusions était incertaine mais ne réagit pas.