Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · La Croix-Rouge refuse de s'excuser

La Croix-Rouge refuse de s'excuser

Date de diffusion : 24 novembre 1995

On sent le juge Krever excédé dans cet extrait, alors qu'il demande à Doug Lindores, porte-parole de la Croix-Rouge, pourquoi l'organisme humanitaire refuse obstinément de s'excuser auprès des victimes du sang contaminé.

Car, outre les gouvernements fédéral et provinciaux, c'est la Croix-Rouge qui apparaît comme le principal suspect dans l'enquête sur le sang contaminé. Le monopole exercé par la Croix-Rouge dans la distribution des produits sanguins est au cœur du problème.

Pourtant, selon les révélations faites tout au long des travaux de la Commission Krever, il appert de plus en plus clairement que la Croix-Rouge possédait des produits sûrs depuis 1985. Pour sa défense, la société explique que les hémophiles n'avaient jamais fait de demande pour ce genre de produits, préférant les produits concentrés lyophilisés de facteur VIII. Ces concentrés, sous forme de poudre que l'on peut garder au réfrigérateur et que l'on dilue dans de l'eau distillée, proviennent de milliers de dons de sang mélangés.

Or, depuis la fin des années 1970, des laboratoires de produits sanguins développent des méthodes de chauffage qui, croient-ils, peuvent inactiver le virus du sida. Seul inconvénient de ce procédé : ils demandent 10 % à 30 % de plus de plasma et coûtent plus cher. En 1983, la firme américaine Travenol-Hyland développe un produit chauffé appelé l'Hemofil T. En novembre 1983, la Croix-Rouge canadienne, qui pourtant se procurait déjà les produits non chauffés de Travenol-Hyland, décide de ne pas renouveler son contrat avec le fabricant américain.

La Croix-Rouge refuse de s'excuser

• Quelques mois à peine après le début de l'enquête, la Croix-Rouge menace de se retirer complètement de la gestion des produits sanguins. La société caritative est en conflit ouvert avec le programme national des produits sanguins, qui ne voit pas d'un bon œil la détermination de la Croix-Rouge à construire un centre de transformation du sang humain à Halifax, pour le coût de 150 millions $.

• En mai 1985, le centre de distribution de sang de la Croix-Rouge de Hamilton, en Ontario, décide d'écouler ses réserves de sang non chauffé alors qu'il avait en stock des produits chauffés.

• Le 1er juillet 1985, la Croix-Rouge canadienne reçoit enfin l'ordre de ne plus distribuer de sang non traité.

La Croix-Rouge refuse de s'excuser

Média : Radio

Émission : Radiojournal

Date de diffusion : 24 novembre 1995

Invité(s) : Horace Krever, Douglas Lindores

Ressource(s) : Carole Graveline

Durée : 1 min 27 s

Dernière modification :
30 août 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
La Croix-Rouge teste le sang donné
Télévision
2 min 08 s
4 novembre 1985
Depuis la fin de l'année 1985, il existe un test de détection des anticorps du VIH dans les dons de sang.
La Croix-Rouge au courant depuis 1984
Radio
22 min 42 s
La Croix-Rouge canadienne sait depuis 1984 que la sécurité des transfusions était incertaine mais ne réagit pas.