Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · La culture du tabac, une tradition qui s'éteint

La culture du tabac, une tradition qui s'éteint

Date de diffusion : 30 mai 2004

Les terres sablonneuses dans la région de Joliette sont propices à la culture du tabac. Cette production connaît un véritable boom dans les années 1930. Elle est alors encouragée par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, comme en témoigne l'extrait du film de l'abbé Proulx dans ce reportage.

En 2004, cette culture est à l'agonie, en raison de la baisse du nombre des fumeurs, résultat des campagnes antitabac. L'équipe de la Semaine verte a rencontré des agriculteurs qui doivent se résigner à abandonner la culture du tabac et se tourner vers d'autres productions.

Le tabac a longtemps été une culture importante au Canada : en 1993, le pays occupe toujours le sixième rang des plus gros producteurs de tabac jaune au monde. Près de 90 % de la production au pays se concentre dans le sud-ouest de l'Ontario, près de la rive nord du lac Érié, le reste étant cultivé au Québec, dans la région de Lanaudière.

La culture du tabac tire son origine du continent américain et remonte à plusieurs milliers d'années. Les Amérindiens cultivaient déjà la plante lors de l'arrivée des premiers explorateurs européens.

Au 19e siècle s'amorce la commercialisation des feuilles du tabac, qui est alors chiqué, prisé ou fumé à la pipe.

L'invention de la machine à rouler les cigarettes par l'Américain James Bonsack en 1881 décuple la consommation de cigarettes et révolutionne l'industrie en réduisant considérablement les coûts de production.

La culture du tabac, une tradition qui s'éteint

• En 1535, les Amérindiens de l'île de Montréal offrent du tabac à Jacques Cartier lors de son deuxième voyage en Amérique du Nord. L'explorateur écrit dans son journal : « Nous avons essayé de les imiter, mais la fumée nous brûlait la bouche comme si c'était du poivre. »

• Au 16e siècle, le tabac se voit attribuer des vertus thérapeutiques. En 1560, l'ambassadeur de France au Portugal, Jean Nicot, expédie de la poudre de tabac à Catherine de Médicis pour la soulager de ses atroces migraines. La plante reçoit le nom botanique de Nicotiana en l'honneur de l'ambassadeur. En France, le tabac gagne en popularité sous le nom d'herbe à la Reine.

• L'utilisation médicinale du tabac favorise sa progression au sein de l'aristocratie. Il est alors utilisé comme remède contre les nausées, les ulcères, les morsures de chiens enragés, les rhumatismes.

• Alors que le tabac se répand à travers le monde au cours du 16e siècle, ses premiers détracteurs se font également entendre. À Constantinople, le sultan Amurat IV pend ou brûle les fumeurs. En 1642, le pape Urbain VIII interdit la consommation de tabac, menaçant les coupables d'excommunication.

La culture du tabac, une tradition qui s'éteint

Média : Télévision

Émission : La Semaine verte

Date de diffusion : 30 mai 2004

Invité(s) : Jean-Guy Asselin, Patrick Boisjoli, Michel Senécal

Ressource(s) : Errol Duchaine

Durée : 9 min 37 s

Images d'archives : Le tabac jaune du Québec, Maurice Proulx, Archives nationales du Québec

Dernière modification :
13 septembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Écocertification en Colombie-Britannique
Télévision
13 min 27 s
Depuis quelques années, il existe des organismes de certification d'une bonne gestion forestière. Et il y a un marché pour le bois « écolo ».
95 % de coupes à blanc!
Télévision
6 min 51 s
Le journaliste Michel Samson fait le point sur le problème de l'abolition des concessions forestières.