Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · Entente à Asilomar

Entente à Asilomar

Date de diffusion : 19 avril 1975

Au début des années 1970, les techniques du génie génétique connaissent un développement fulgurant, et la transgénèse, c'est-à-dire l'intégration d'un ou plusieurs gènes étrangers dans le patrimoine génétique d'un organisme vivant, offre un potentiel énorme. Rapidement, les chercheurs ont conscience des risques potentiels du génie génétique. À Asilomar, lors du congrès sur la recombinaison des molécules ADN, ils tentent de régler la question des risques posés par le génie génétique, comme le rappellent Colette Devlin et Fernand Seguin.

C'est dans la station balnéaire d'Asilomar, sur la côte Pacifique des États-Unis, que se réunissent quelque 140 scientifiques. Ils souhaitent restreindre l'implication du public ou du gouvernement dans leurs affaires. Ils se mettent d'accord sur plusieurs principes permettant à la recherche de se poursuivre et soulignent au gouvernement l'inutilité de lois restrictives. Mais la pression industrielle et commerciale est trop forte.

À la fin des années 1980, des expériences sont réalisées sur des plantes résistantes aux herbicides. Les géants de la chimie, fabricants d'herbicides, comprennent vite l'intérêt qu'ils peuvent tirer en liant l'achat de semences à celui de leur herbicide. Les multinationales de l'agrochimie se lancent à la conquête des sociétés semencières et investissent massivement dans la biotechnologie, qui suscite les projets les plus fous…

Entente à Asilomar

• Cette réflexion commune sur les risques posés par le génie génétique tire sa source des travaux de Janet Mertz, une scientifique américaine. Au début des années 1970, elle travaille sur l'insertion d'un gène cancérogène du singe dans la bactérie E. coli, naturellement présente dans l'intestin humain. Effrayée par les conséquences potentielles d'une telle manipulation, elle se retire du projet.

• Peu après, le scientifique Paul Berg réclame un moratoire sur les expériences génétiques, faute de réglementation adéquate.

• L'aventure génétique commence en 1953 quand deux chercheurs, James D. Watson et Francis H.C. Crick découvrent la structure de l'ADN – acide désoxyribonucléique.

• La première entreprise de génie génétique, Genentech, est créée par Herb Boyer et Robert Swamson.

• Dès 1978, on identifie le gène humain responsable de la synthèse de l'insuline. Un an plus tard, l'insuline synthétique est sur le marché.

• En 1983, des chercheurs belges fabriquent un tabac génétiquement modifié résistant à un antibiotique. C'est la première plante transgénique fabriquée en laboratoire.

• Cinq ans plus tard, en 1988, apparaissent les premières plantes modifiées génétiquement pour produire des substances thérapeutiques.

Entente à Asilomar

Média : Radio

Émission : La Science et vous

Date de diffusion : 19 avril 1975

Ressource(s) : Colette Devlin, Fernand Seguin

Durée : 3 min 50 s

Dernière modification :
24 mai 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Et l'homme créa la nature
Télévision
19 min 19 s
En modifiant les propriétés naturelles des plantes, l'homme veut recréer la nature selon ses besoins.
Un goût d'été en hiver
Télévision
5 min 27 s
En 1994, la première tomate génétiquement modifiée est commercialisée en Amérique du Nord.