Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Santé publique · Les années 1980 ou la remise en cause du système

Les années 1980 ou la remise en cause du système

Date de diffusion : 21 juin 1989

Le bilan de l'assurance maladie est paradoxal : la santé globale de la population québécoise s'améliore depuis les années 1970, mais les médecins continuent à se comporter en entrepreneurs privés. Bien que l'État soit responsable de la santé de la population, il ne réussit pas à imposer le salariat aux médecins. Et les coûts de la santé augmentent sans cesse.

Les grands objectifs de lutte contre la pauvreté qui se trouvaient en filigrane dans la commission Castonguay-Nepveu ont été évacués, selon le sociologue Marc Renaud interviewé en 1989 par le journaliste Yanick Villedieu.

La crise économique des années 1980 entraîne une remise en question de l'État-providence, notamment en raison de l'explosion des coûts liés à la santé. En effet, en 1988, plus de 30 % des dépenses du gouvernement québécois est destiné au domaine de la santé et des programmes sociaux.

Le système de santé est de plus en plus critiqué : plusieurs observateurs déplorent la lourdeur de la bureaucratie et le contrôle abusif de l'État. Les médecins et le gouvernement s'affrontent. Certains observateurs proposent de changer le mode de rémunération des médecins en supprimant le paiement à l'acte.

En 1984, le gouvernement fédéral adopte la Loi canadienne sur la santé, qui consacre cinq principes : administration publique, universalité, accessibilité, intégralité, transférabilité. La loi prévoit une réduction de la contribution fédérale aux provinces qui seraient tentées d'autoriser la surfacturation des soins.

Dans les années 1980-1990, des provinces sont séduites par le ticket modérateur, l'impôt-santé et la privatisation, mais Ottawa y oppose son veto.

Les années 1980 ou la remise en cause du système

• Qu'il consacre 5 ou 30 minutes à un patient, un médecin reçoit le même montant pour un seul acte médical.

• Au milieu des années 1990, environ 300 000 personnes travaillent dans le domaine de la santé et des services sociaux, ce qui représente près de 10 % de l'emploi total. Le réseau de la santé est ainsi devenu le premier employeur au Québec en raison du gonflement des effectifs depuis les années 1960.

• En 1970, les dépenses dans le domaine de la santé correspondent à 7,6 % du produit intérieur brut (PIB) du Québec. Cette proportion passe à 9,3 % en 1985, et à 10,3 % en 1994. Ces chiffres placent le Québec au-dessus de la moyenne des pays industrialisés, en particulier des pays scandinaves dont le taux est d'environ 7 %.

Les années 1980 ou la remise en cause du système

Média : Radio

Émission : Au fil du temps

Date de diffusion : 21 juin 1989

Invité(s) : Marc Renaud

Ressource(s) : Yanick Villedieu

Durée : 5 min 13 s

Dernière modification :
13 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Acte de naissance de l'assurance maladie
Télévision
13 min 27 s
L'assurance maladie voit le jour en Saskatchewan en 1962. Huit ans plus tard, le Québec est la dernière province à l'adopter.
La commission Castonguay-Nepveu
Radio
17 min 10 s
L'assurance maladie n'est qu'un ingrédient du remède concocté par la Commission d'enquête sur la santé et le bien-être social.