Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Médecine · Lucille Teasdale, la médecine comme mission

Période : 1961 - 1996

Lucille Teasdale, la médecine comme mission

Lucille Teasdale débarque en Ouganda en 1961, pensant y passer quelques mois. Mais c'est toute sa vie que la chirurgienne montréalaise consacre aux Ougandais. Elle s'y marie, y met au monde une fille et y est enterrée. Avec son mari, le docteur Piero Corti, elle a assuré la formation d'une relève médicale ougandaise, permettant ainsi à l'œuvre de leur vie de se poursuivre après leur décès.

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
7 clips radio

La médecine, une mission

Date de diffusion : 26 septembre 1995

Dans cette entrevue accordée à Marie-France Bazzo, la Dre Lucille Teasdale raconte sa vie à Gulu et son travail auprès des malades ougandais.

Au début des années 1980, Lucille Teasdale contracte le sida alors qu'elle opère un soldat atteint de balles explosives qui lui ont fragmenté les os. À ce moment-là, on ne connaît pas encore le sida. Malgré sa maladie, elle continuera de travailler jusqu'à la fin. Avoir le sida, tout comme elle a eu le paludisme d'ailleurs, fait partie des risques du métier pour la chirurgienne.

Depuis toujours, l'hôpital St. Mary's Lacor connaît un problème de financement chronique. Les frais payés par les patients adultes ne comptent que pour 25 % du fonds de roulement de l'institution. Pendant des décennies, une importante part du financement vient d'œuvres caritatives italiennes. En 1995, le gouvernement italien reconnaît officiellement la Fondazione Piero e Lucille Corti, dont l'objectif est de contribuer à fournir à l'hôpital un financement stable et récurrent.

La médecine, une mission

• Un des choix les plus difficiles qu'eut à faire Lucille Teasdale fut d'envoyer sa fille en Italie lorsque celle-ci atteignit l'âge de neuf ans. Il faut à l'enfant un meilleur niveau d'éducation que celui qu'elle peut recevoir à Gulu. Sans compter que l'Ouganda est déchiré par des guerres civiles incessantes. La clinique est même attaquée plusieurs fois au début des années 1980, lorsque la Tanzanie envahit l'Ouganda, puis de nouveau en 1986, lors du coup d'état de Yoweri Museveni.

• On peut aider la Fondation Piero et Lucille Corti entre autres en adoptant un lit que l'on peut ensuite dédié à un proche. La fondation est présidée par la Dre Dominique Corti, fille unique de Lucille Teasdale et Piero Corti. Certaines images de ce dossier sur la Dre Lucille Teasdale ont pu être utilisées grâce à leur générosité.

• L'hôpital St. Mary's se porte bien, aux dires de la Dre Dominique Corti : 2003 fut une année record, en ce qui a trait tant au nombre de malades soignés qu'au nombre de médecins ougandais y travaillant.

• En 2000, une épidémie de fièvre d'Ebola frappe Gulu. L'hôpital St. Mary's est même à l'épicentre de cette épidémie. Le Dr Matthew Lukwiya, successeur de Lucille Teasdale, ainsi que 14 infirmières de l'hôpital succombent à la maladie. L'épidémie est telle que le gouvernement ougandais promet des primes de risques au personnel médical de Lacor.

• Le virus d'Ebola, apparu pour la première fois en 1976 le long de la rivière du même nom dans l'ex-Zaïre, entraîne la mort dans 50 % à 90 % des cas. Il n'existe à ce jour aucun traitement ni vaccin pour le combattre.

La médecine, une mission

Média : Radio

Émission : Indicatif présent

Date de diffusion : 26 septembre 1995

Invité(s) : Lucille Teasdale

Ressource(s) : Marie-France Bazzo

Durée : 21 min 15 s

Dernière modification :
2 mars 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
15 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Un nouvel hôpital Sainte-Justine
Télévision
7 min 51 s
20 octobre 1957
L'hôpital Sainte-Justine de Montréal quitte l'édifice de la rue Saint-Denis pour s'installer sur le chemin de la côte Sainte-Catherine.
Le combat contre la polio
Dossier
La poliomyélite, aujourd'hui presque disparue, était grandement redoutée il y a cinquante ans.