Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Maladies · Le vaccin Salk à la rescousse

Le vaccin Salk à la rescousse

Date de diffusion : 12 avril 1955

Le jour de l'annonce des résultats positifs du vaccin Salk, René Lévesque interviewe Armand Frappier et le virologue Vitautas Pavilanis à l'Institut de microbiologie et d'hygiène de l'Université de Montréal, à Laval-des-Rapides.

De nouveaux laboratoires sont spécialement aménagés pour produire le vaccin Salk contre la poliomyélite. Le rendement projeté de ces laboratoires est d'au moins deux millions de vaccins par année. La préparation du vaccin, sous la direction du docteur Pavilanis, donnera du travail à 150 spécialistes.

Le 12 avril 1955, Jonas Salk annonce à l'université du Michigan les résultats encourageants de sa campagne de vaccination contre la polio.

Les premiers mots du rapport de la campagne sont : « The vaccin works, it's safe, effective and potent » (le vaccin agit; il est sans danger, efficace et puissant). C'est une victoire importante pour la médecine.

Pour obtenir l'immunisation, l'injection de trois doses du vaccin Salk est recommandée : les deux premières, à un mois d'intervalle, et la troisième, sept à douze mois plus tard.

Entre 1955 et 1961, sept millions de Canadiens reçoivent le vaccin Salk. Le vaccin, acheté aux États-Unis, est inspecté par le ministère de la Santé de la province de Québec avant de se rendre aux laboratoires de Montréal. Les premiers vaccins arrivent par train à Montréal, le 25 avril 1955. Au total, ce jour-là, 12 caisses sont reçues. Chacune d'elles contient du sérum disponible pour 52 000 injections. Une seule caisse vaut 26 000 $, somme exorbitante pour l'époque.

Le vaccin Salk à la rescousse

• Pour découvrir un vaccin, il faut d'abord qu'un chercheur trouve le germe du virus. Ensuite, le vaccin doit être testé pour voir s'il est contagieux ou immunisant, et s'il peut être utilisé à grande échelle.

• En 1953, 5000 enfants de Pittsburg servent de cobayes pour tester le vaccin contre la polio. Un an plus tard, Salk expérimente le vaccin sur 1,83 millions d'enfants, dont ses trois fils, pour tester sa fiabilité. Quatre ans et neuf mois de travail sont nécessaires au docteur Salk et à son équipe pour réussir à produire un vaccin efficace.

• Dans les jours qui suivent l'annonce de Salk, plusieurs des enfants vaccinés contractent la polio. Quelques-uns décèdent. Le problème est attribué aux laboratoires Cutters, l'un des six laboratoires qui fabriquaient le vaccin aux États-Unis. Certains sérums distribués par Cutters possédaient des virus vivants. Dès lors, la production américaine du vaccin est temporairement interrompue.

• Le virus pousse sur des cellules, sur des reins de singe. Pour produire 1000 centimètres cubes de vaccin, 300 000 centimètres cubes de reins sont nécessaires. La récolte du virus se fait par siphonnage et par filtration. Par la suite, le virus vivant est soumis à l'action du formol et à de la chaleur pendant un certain nombre de jours pour être affaibli. Dans les laboratoires, des tests sont effectués durant plus de deux mois sur les singes pour savoir si les vaccins sont bons ou mauvais. Plusieurs lots de vaccin peuvent alors être rejetés.

Le vaccin Salk à la rescousse

Média : Télévision

Images d'archives

Émission : Nouvelles

Date de tournage : 12 avril 1955

Invité(s) : Armand Frappier, Vitautas Pavilanis

Ressource(s) : René Lévesque

Durée : 2 min 30 s

Son intermittent

Dernière modification :
4 décembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Recherches sur la poliomyélite
Radio
3 min 53 s
Au tournant du XXe siècle, il y a environ 300 cas de polio par année au Québec.
Sauvés par les singes!
Radio
7 min
En faisant croître le virus de la polio sur des reins de singes, les scientifiques développent un vaccin pour prévenir la maladie.