Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Maladies · Médicaments, condoms ou abstinence

Médicaments, condoms ou abstinence

Date de diffusion : 12 juillet 2004

Le thème de la 15e Conférence internationale sur le sida qui se déroule à Bangkok en juillet 2004 est l'accès aux soins pour tous. Ce défi est de taille à l'heure où seuls 7 % des millions de séropositifs dans le monde sont traités.

À cette occasion, la journaliste Julie Vaillancourt s'entretient avec le microbiologiste Jean Robert et le docteur Réjean Thomas. L'objectif d'offrir des médicaments aux pays pauvres est-il un projet réaliste ou un vœu pieux? Selon Jean Robert, le sida n'est pas seulement une maladie, mais aussi un enjeu économique. Dans ce contexte, les initiatives des gouvernements pour produire des copies à bon marché se heurtent à la résistance des multinationales pharmaceutiques.

Une autre question est débattue lors de la conférence de Bangkok, celle de la prévention. Quelle est la clef de la prévention? Alors que des pays comme la Thaïlande mettent davantage l'accent sur les préservatifs, les États-Unis prônent l'abstinence sexuelle. En 2003, le président George Bush annonce un plan d'aide de 15 milliards de dollars américains destiné à l'Afrique. Toutefois, l'initiative Bush réserve ces sommes en priorité aux pays qui privilégient la fidélité et l'abstinence comme armes préventives.

La politique antisida du président Bush soulève un tollé au sein des associations de lutte contre le sida. Selon le Dr Réjean Thomas, président fondateur de Médecins du monde Canada, ce discours est « complètement hors contexte et irréaliste », car il ne tient pas compte de l'inégalité des sexes. En effet, de nombreuses Africaines n'ont pas la liberté de refuser des relations sexuelles. La majorité d'entre elles sont infectées par leur unique partenaire sexuel : leur époux.

Médicaments, condoms ou abstinence

• En 2003, l'Onusida et l'OMS lancent l'initiative « 3 millions d'ici 2005 » qui vise à fournir des traitements à 3 millions de personnes dans les pays pauvres pour 2005.

• En juin 2005, les organismes annoncent toutefois que cet objectif ne sera pas atteint. En effet, environ 1,1 million de malades sont alors sous médication, un chiffre bien en dessous du 3 millions espéré.

• En 2002, l'Afrique et l'Asie représentent 75 % de la population du globe. Or, ces deux continents ne possèdent que 7 % du marché mondial des médicaments.

• Au Sénégal, les programmes de prévention contre le sida s'effectuent avec la collaboration des chefs religieux qui montrent une certaine tolérance pour l'usage des préservatifs. Lorsque les premiers cas ont été diagnostiqués au Sénégal, le gouvernement a travaillé de concert avec les chefs des églises chrétiennes et islamiques afin de lancer une campagne d'éducation.

• Les ventes de préservatifs dans ce pays sont passées de 800 000 unités en 1988 à 7 millions en 1997.

• Le Canada soutient le Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, créé en 2002 afin de contrer l'expansion de ces maladies dans les pays en développement. La contribution du Canada entre 2002 et 2005 s'est élevée à 550 millions de dollars.

Médicaments, condoms ou abstinence

Média : Télévision

Émission : La Part des choses

Date de diffusion : 12 juillet 2004

Invité(s) : Jean Robert, Réjean Thomas

Ressource(s) : Julie Vaillancourt

Durée : 11 min 14 s

Dernière modification :
11 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Ouganda ravagé par un fléau invisible
Télévision
14 min 34 s
Frappé de plein fouet par le sida, l'Ouganda est l'un des premiers pays d'Afrique à reconnaître l'ampleur de l'épidémie.
L'Afrique du Sud, le silence qui tue
Télévision
41 min 49 s
« Ne jouons pas sur les mots : une tragédie aux proportions sans précédent a lieu en Afrique. » Allocution de Nelson Mandela à Durban, en 2001.