Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Santé · Maladies · L'Afrique du Sud, le silence qui tue

L'Afrique du Sud, le silence qui tue

Date de diffusion : 9 février 2001

En Afrique du Sud, la fin de l'apartheid, porteuse de tous les espoirs, n'a pas tenu ses promesses. Le pays sombre dans un « apartheid sanitaire » qui décime les forces vives de la population, et en première ligne, les Noirs, les pauvres, les femmes. Plus de cinq millions de personnes sont infectées par le sida. Chaque jour, entre 600 et 1000 Sud-Africains sont terrassés par la maladie. Pourtant, les morts s'enterrent en silence, le mal qui les ronge n'est pas nommé. Le gouvernement sud-africain nie l'ampleur de l'épidémie. La honte, l'ignorance seront brisées par la voix d'un frêle enfant sidéen qui devient le porte-parole et l'icône des malades, Nkosi Johnson.

En 2001, l'équipe de Zone libre s'est rendue en Afrique du Sud et présente un reportage exclusif sur la pandémie au pays de Nelson Mandela.

En juillet 2000, une polémique éclate lors de la 13e Conférence internationale sur le sida qui se déroule à Durban. Le président sud-africain, Thabo Mbeki, met alors en doute le lien entre le virus du VIH et le sida. Cette théorie dite « révisionniste » appuie la thèse selon laquelle le sida n'est pas directement causé par le virus, mais s'avère plutôt lié à la pauvreté et ses conséquences : malnutrition, manque d'hygiène, maladies locales. Plus de 5000 chercheurs réagissent en signant dans la prestigieuse revue britannique Nature une déclaration affirmant que la preuve que le sida est causé par le virus VIH est « claire, complète et sans ambiguïté ».

L'attitude du président Mbeki sera lourde de conséquences pour l'Afrique du Sud. Le refus de financer des programmes pour les femmes enceintes, dont le traitement à base d'AZT permet de prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant, entraîne la naissance de milliers d'enfants séropositifs.

Sous les pressions d'une association de lutte antisida, la Treatment Action Campaign (TAC), le gouvernement de Pretoria va changer son fusil d'épaule. Cette association, fondée en 1998 par Zackie Achmat, un métis séropositif, réussit le tour de force d'obliger le gouvernement à sortir de son mutisme. Le 14 décembre 2001, la TAC remporte le procès intenté au gouvernement sud-africain. La Cour suprême impose alors la diffusion de traitements aux femmes enceintes afin de limiter la contamination des nouveaux-nés.

L'Afrique du Sud, le silence qui tue

• En septembre 2003, Thabo Mbeki annonce que les médicaments seront distribués gratuitement à l'ensemble des 5 millions de séropositifs d'Afrique du Sud. Dès la première année, le traitement sera accessible à 50 000 personnes. Le gouvernement prévoit de consacrer 1,75 milliard de dollars à la lutte contre le sida.

• Xolani Nkosi est né en 1989 dans un bidonville de Johannesbourg. Sa mère lui transmet le virus du VIH à sa naissance. En 1997, après le décès de sa mère, l'enfant est adopté par une bénévole, Gail Johnson. Celle-ci fonde une maison nommée en l'honneur du garçon, qui accueille des mères sidéennes et leurs enfants. Nkosi et sa mère adoptive parcourent le pays afin de faire tomber les préjugés et de sensibiliser la population à la lutte contre le sida. Le garçon s'éteint le 1er juin 2001, à l'âge de 12 ans.

• Lors de la conférence de Durban, Nkosi livre ce message aux délégués : « On ne peut attraper le sida par le toucher, un baiser ou en tenant la main d'un individu infecté. […] N'ayez pas peur de nous. Nous sommes tous les mêmes. »

• Le 14 juillet 2000, lors de la cérémonie de clôture de la conférence de Durban, Nelson Mandela lance un vibrant appel à la réconciliation. L'ancien président du pays et Prix Nobel de la paix demande au monde de s'unir pour combattre « l'une des plus grandes menaces auxquelles l'humanité fait face, et certainement la plus grande depuis la fin des deux grandes guerres mondiales ».

L'Afrique du Sud, le silence qui tue

Média : Télévision

Émission : Zone libre

Date de diffusion : 9 février 2001

Invité(s) : Lindsay Barr, Edwin Cameron, Sean Drysdale, Dolin Eisenstein, Boris Jivkov, Gail Johnson, Diane Kershaw, Samantha Khumalo, Anna Mngomezulu, Susan Ngema, Johnson Nkosi, Annemie Vaneste

Ressource(s) : Jean-François Lépine

Durée : 41 min 49 s

Dernière modification :
12 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Ouganda ravagé par un fléau invisible
Télévision
14 min 34 s
Frappé de plein fouet par le sida, l'Ouganda est l'un des premiers pays d'Afrique à reconnaître l'ampleur de l'épidémie.
Le Brésil, un peu d'espoir
Télévision
20 min 38 s
Prévention et médicaments gratuits à toute la population sont les clefs du succès de la lutte antisida au Brésil.