Aller au menu Plan du site

*************** AVIS AUX VISITEURS *************** Attention : cette section ne sera plus accessible à compter du 30 novembre 2019.
Pour découvrir les archives de Radio-Canada, consultez la nouvelle section.
Pour découvrir les contenus d´archives accessibles aux écoles, consultez Curio.ca.
Pour trouver des réponses à vos questions concernant les archives de Radio-Canada, consultez la Foire aux questions(FAQ).

  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · Robert Bourassa, premier ministre à tout prix

Période : 1966 - 1996

Robert Bourassa, premier ministre à tout prix

De 1966 à 1996, Robert Bourassa occupe une place importante dans la vie politique québécoise. Il fut non seulement le plus jeune premier ministre du Québec, mais aussi le seul, à part Maurice Duplessis, à avoir obtenu quatre mandats. De la Loi sur les mesures de guerre, en passant par la Loi sur les langues officielles, le référendum de 1980, l'accord du lac Meech et la crise d'Oka, il a participé à la construction du Québec d'aujourd'hui.

icone_tv
13 clips télé
icone_micro
7 clips radio

Monsieur le professeur d'université

Date de diffusion : 14 octobre 1978

Lorsque le Parti québécois remporte les élections de 1976, on dit de Robert Bourassa qu'il est l'homme le plus détesté du Québec. Battu par le poète Gérald Godin dans la circonscription de Mercier, il quitte ses fonctions au sein du Parti libéral le 1er janvier 1977.

Comme Robert Bourassa l'explique au journaliste Paul-André Comeau, il se tourne vers l'enseignement, d'abord en Europe, puis aux États-Unis et, enfin, au Québec. D'aucuns appelleront ces années sa « traversée du désert ».

C'est d'abord en Belgique que Bourassa trouve refuge. René Lévesque lui fait même mettre à disposition un bureau à la Délégation du Québec à Bruxelles. Pendant ses « années européennes », il est conférencier à l'Institut des affaires européennes à Bruxelles et professeur invité à l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD) à Fontainebleau, en France. Il profite de ces expériences pour examiner le système européen, dont il cherche à s'inspirer pour l'avenir du Québec dans le Canada.

Robert Bourassa quitte l'Europe en 1978. On le retrouve professeur au Center of Advanced International Studies, à l'université John Hopkins à Washington, en 1978; puis professeur à l'Université Laval et à l'Université de Montréal à partir de 1979.

En 1981, il est professeur invité à l'université de Californie du Sud à Los Angeles et, l'année suivante, à l'université Yale, à New Haven. Pendant toutes ces années, il continue de garder ses attaches auprès du Parti libéral du Québec dirigé depuis 1978 par Claude Ryan. Les deux hommes n'ont guère de sympathie l'un pour l'autre.

Monsieur le professeur d'université

• Éditorialiste, puis directeur du quotidien Le Devoir, Claude Ryan est élu chef du Parti libéral du Québec le 15 avril 1978. Il est chef de l'opposition du 9 mai 1979 au 10 août 1982. Il remet sa démission comme chef de l'opposition et chef du Parti libéral du Québec en août 1982, ouvrant ainsi la voie au retour de Robert Bourassa.

• Homme passionné de politique, Robert Bourassa ne doute pas de son retour en politique active. Il prépare le terrain, notamment pendant le référendum de 1980; il collabore activement à la campagne du « non ». Il participe même à des débats face à Jacques Parizeau, Pierre Bourgault et Bernard Landry.

• En 1981, Robert Bourassa publie Deux fois la Baie James, un livre dans lequel il argue, une fois de plus, qu'il faut miser sur l'hydro-électricité plutôt que sur l'énergie nucléaire.

Monsieur le professeur d'université

Média : Radio

Émission : L' Éconothèque

Date de diffusion : 14 octobre 1978

Invité(s) : Robert Bourassa

Ressource(s) : Jean Larin

Durée : 7 min 30 s

Dernière modification :
7 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
20 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Louis Laberge, père du Fonds de solidarité
Radio
20 min 05 s
18 juillet 2002
Louis Laberge, une des principales figure du syndicalisme au Québec, s'est éteint le jeudi 18 juillet 2002, emporté par un arrêt cardiaque.
Charlottetown : un nouveau projet constitutionnel
Radio
18 min 49 s
28 août 1992
Après d'âpres négociations, le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, annonce l'adoption unanime de l'accord de Charlottetown.