Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · Robert Bourassa, premier ministre à tout prix

Période : 1966 - 1996

Robert Bourassa, premier ministre à tout prix

De 1966 à 1996, Robert Bourassa occupe une place importante dans la vie politique québécoise. Il fut non seulement le plus jeune premier ministre du Québec, mais aussi le seul, à part Maurice Duplessis, à avoir obtenu quatre mandats. De la Loi sur les mesures de guerre, en passant par la Loi sur les langues officielles, le référendum de 1980, l'accord du lac Meech et la crise d'Oka, il a participé à la construction du Québec d'aujourd'hui.

icone_tv
13 clips télé
icone_micro
7 clips radio

Robert Bourassa et la question linguistique

Date de diffusion : 28 septembre 1975

Le 31 juillet 1974, le gouvernement libéral fait voter la Loi sur la langue officielle, également appelée loi 22, dont un des éléments était de rendre obligatoire le français dans l'affichage commercial tout en permettant la présence de l'anglais. Mais, comme le démontre cet extrait de l'émission La Question, le passage au français dans l'enseignement ne se fit pas sans heurts.

En 1975, le ministre de l'Éducation, Jérôme Choquette, démissionne sur la question des tests d'admission à l'école anglophone.

Le ministre Choquette voulait que la loi énonce clairement que l'école française est la règle pour tous, sauf pour les enfants de langue maternelle anglaise, qui ont droit à l'école anglaise – la langue maternelle étant définie comme première langue apprise et encore parlée. Robert Bourassa refuse de faire intervenir l'Assemblée nationale, comme le demande son ministre de l'Éducation, arguant qu'« un gouvernement vraiment responsable ne peut consentir à faire intervenir l'Assemblée nationale aux premières difficultés d'application d'une loi ».

Robert Bourassa et la question linguistique

• Le 19 octobre 1974, une foule d'environ 15 000 personnes, dont des représentants du Parti québécois, manifestent à Québec contre la loi 22, la jugeant inadéquate à la protection du français. Le 3 septembre de la même année, la Quebec Association of Protestant School Boards (QAPSB) se rend devant les tribunaux pour faire invalider certaines dispositions de la loi linguistique. Le 25 septembre 1975, à l'initiative de la station de télévision anglophone CFCF, une pétition de près de 600 000 noms est envoyée à Ottawa et à Québec pour protester contre la loi 22.

• Jérôme Choquette est ministre des Institutions financières, Compagnies et Coopératives du 12 mai au 1er octobre 1970, puis ministre de la Justice du 12 mai 1970 au 30 juillet 1975 et enfin brièvement ministre de l'Éducation du 31 juillet au 26 septembre 1975. En démissionnant de son poste de ministre, c'est également du Parti libéral que Jérôme Choquette se distancie. En décembre 1975, il crée, avec Fabien Roy, le Parti national populaire, qu'il quitte en 1977 pour réintégrer les rangs du Parti libéral en 1978.

Robert Bourassa et la question linguistique

Média : Télévision

Émission : La Question

Date de diffusion : 28 septembre 1975

Invité(s) : Robert Bourassa

Ressource(s) : Claude Beauchamp

Durée : 23 min 10 s

Audio d'une émissions de télévision

Dernière modification :
24 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
20 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Louis Laberge, père du Fonds de solidarité
Radio
20 min 05 s
18 juillet 2002
Louis Laberge, une des principales figure du syndicalisme au Québec, s'est éteint le jeudi 18 juillet 2002, emporté par un arrêt cardiaque.
Charlottetown : un nouveau projet constitutionnel
Radio
18 min 49 s
28 août 1992
Après d'âpres négociations, le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, annonce l'adoption unanime de l'accord de Charlottetown.