Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · Le chemin du roi des artistes

Le chemin du roi des artistes

Date de diffusion : 11 mai 1980

Dans les dix derniers jours de la campagne référendaire, le combat se fait plus acharné. Les camps du Oui et du Non rivalisent d'imagination afin de recruter de nouveaux adhérents. Les deux partis organisent plusieurs manifestations et assemblées publiques.

Le 11 mai 1980, des artistes connus, comme Félix Leclerc, Gilles Vigneault ou Dominique Michel, donnent une série de spectacles entre Québec et Montréal. Les journalistes Gisèle Gallichan et Danielle Levasseur suivent la tournée.

Dans sa campagne, le camp du Oui met l'accent sur la fierté d'être Québécois. Les souverainistes voient le temps venu de « surmonter la crainte ». Le Parti québécois veut sortir du régime fédéral et du statu quo. Il s'oppose aux chevauchements des programmes et revendique la régie des ondes de diffusion.

En baisse de popularité dans les sondages, les péquistes se font rassurants. René Lévesque informe la population que rien ne changera après la victoire d'un Oui sans l'aboutissement des négociations.

Une majorité d'intellectuels québécois se déclarent publiquement pour la souveraineté-association dont Denis Monière, Pierre Vadeboncoeur, Jean-Marc Léger, Gaston Miron et Fernand Dumont.

Les Québécois pour le Non ont cependant recensé 600 professeurs opposés à l'option du Oui, dont 161 à l'Université McGill, 120 à l'Université de Montréal et 117 à l'Université de Sherbrooke. De même, Robert Bourassa, professeur à l'Université Laval, se prononce officiellement contre l'option de René Lévesque.

Le chemin du roi des artistes

• Dès novembre 1976, les groupes nationalistes québécois commencent à préparer le terrain pour la campagne référendaire. Des organisations indépendantes comme la Société Saint-Jean-Baptiste ou le Mouvement national des Québécois préparent des dîners-causeries, des colloques et des conférences.

• Créé au printemps 1980, le regroupement national pour le Oui réunit tous les Québécois en faveur de la souveraineté-association. Cet organisme financera les campagnes publicitaires du camp du Oui dans les médias.

• La stratégie de la campagne du Oui est pensée par un comité formé du premier ministre Lévesque, de Jacques Parizeau, de Marc-André Bédard, de Claude Morin et d'un certain nombre de membres du cabinet et de hauts fonctionnaires.

• Le Conseil des ministres ne pensait pas que le Oui l'emporterait. Lévesque s'attendait à un résultat d'environ 45 % pour le Oui, une victoire morale pour lui.

Une autre population francophone s'exprime par voie référendaire dans les années 1970. À la suite de référendums successifs, les Jurassiens accordent à leur région le statut de canton suisse le 1er janvier 1979.

• Au moment du référendum de 1980, les députés du Parti québécois occupent les deux tiers des sièges de l'Assemblée nationale.

Le chemin du roi des artistes

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 11 mai 1980

Invité(s) : Marc Favreau, Félix Leclerc, René Lévesque, Gilles Vigneault

Ressource(s) : Gisèle Gallichan, Danielle Levasseur

Durée : 2 min 23 s

Dernière modification :
14 mai 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
« À la prochaine fois »
Télévision
13 min 07 s
20 mai 1980
Au soir du 20 mai 1980, les souverainistes applaudissent leur chef, dont le regard est déjà tourné vers l'avenir.
La souveraineté-association du PQ
Télévision
9 min 34 s
En 1979, trois ans après son élection, le Parti québécois enclenche le processus référendaire.