Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · Maurice Duplessis reprend le pouvoir

Maurice Duplessis reprend le pouvoir

Date de diffusion : 8 août 1944

Aux élections de 1944, quatre candidats sérieux sont en lice : Adélard Godbout, pour le Parti libéral du Québec; Maurice Duplessis, pour l'Union nationale; André Laurendeau, pour le Bloc populaire canadien; et R. J. Lamoureux, chef pour le Québec de la Co-operative Commonwealth Federation, le CCF qui deviendra le Nouveau parti démocratique au début des années 1960.

L'Union nationale fait élire 48 candidats, contre 37 pour le Parti libéral, son principal adversaire. Le Bloc compte quatre candidats élus et le CCF un seul.

Ce n'est pas la première fois que Godbout et Duplessis se retrouvent face à face lors d'une élection. En 1936, Godbout concède la victoire à son adversaire unioniste, mais reprend les rênes de la province aux élections provinciales de 1939.

Lors des élections de 1944, Adélard Godbout est au pouvoir depuis cinq ans, mais avant même l'annonce des résultats finaux, il pressent la défaite. Lors de son intervention à la radio de Radio-Canada, il semble dire adieu à ses concitoyens.

S'ouvre alors pour le Québec l'ère du duplessisme. Tout d'abord marquée par un certain dynamisme – établissement du crédit agricole, construction d'hôpitaux et d'écoles, exploitation des ressources naturelles de la province, entre autres – cette époque devient vite sombre pour les ouvriers et les citoyens ordinaires.

La main mise du clergé, lui-même assujetti au « Cheuf », comme on appelait Maurice Duplessis, garde la population dans un certain obscurantisme dont le Québec se débarrassera au cours des années 1960, avec la Révolution tranquille.

Maurice Duplessis reprend le pouvoir

• Les années d'Adélard Godbout ont été riches en changement. Entre autres, Hydro-Québec voit le jour, les campagnes découvrent l'électricité, la législation ouvrière est réformée, l'instruction devient obligatoire et l'école élémentaire gratuite, les femmes acquièrent le droit au suffrage et à l'éligibilité.

C'est sur la question de la conscription que Godbout trébuche et perd les élections.

• Né le 20 avril 1890 à Trois-Rivières, Maurice Le Noblet Duplessis, de son nom complet, s'engage très jeune en politique. Il se présente pour la première fois en 1923 sous la bannière du Parti conservateur qu'il quittera en 1935 pour fonder l'Union nationale.

• On oublie souvent que l'Union nationale survit à son chef, décédé alors qu'il était en fonction en septembre 1959. Ce parti reprend le pouvoir de 1966 à 1970, avec Daniel Johnson, remplacé par Jean-Jacques Bertrand à sa mort en 1968.

• André Laurendeau, qui se présente en 1944 sous la bannière du Bloc populaire canadien, fut à la fois intellectuel et homme politique. Il est co-fondateur du mouvement nationaliste Jeune-Canada (1932) et député de Montréal-Laurier pour le Bloc populaire (1944-1948). Il est rédacteur en chef adjoint (1947), puis rédacteur en chef (1957) du quotidien Le Devoir.

• Il est également homme de télévision, animant de 1953 à 1961 Pays et Merveilles sur les ondes de Radio-Canada.

Maurice Duplessis reprend le pouvoir

Média : Radio

Émission : Adelard Godbout

Date de diffusion : 8 août 1944

Invité(s) : Adélard Godbout, R.J. Lamoureux

Durée : 9 min 42 s

Photo : Bibliothèque et Archives Canada - C-031052

Dernière modification :
24 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Daniel Johnson meurt en fonction
Radio
18 min 03 s
26 septembre 1968
Le premier ministre du Québec, Daniel Johnson, s'éteint dans son sommeil à l'âge de 53 ans.
Un drapeau pour le Québec
Télévision
2 min 27 s
21 janvier 1948
En ce début de 1948, le fleurdelisé remplace l’Union Jack britannique comme étendard officiel du Québec.