Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · « Les cent jours de Paul Sauvé »

« Les cent jours de Paul Sauvé »

Date de diffusion : 2 janvier 1960

Le début de l'année 1960 est marqué par un événement qui prend les Québécois de court. Un jour après avoir adressé ses vœux de bonne année à la population, en « bon père de famille », le premier ministre Paul Sauvé est terrassé par une crise cardiaque, à l'âge de 52 ans. Alors que ministres et prélats se pressent à la demeure du défunt, dans le village de Saint-Eustache, afin de lui rendre un dernier hommage, déjà une question fuse sur toutes les lèvres : « Qui succédera à Paul Sauvé? ».

Au Téléjournal de ce 2 janvier 1960, le journaliste Jacques Fauteux annonce le décès du premier ministre du Québec.

Avocat de formation, Paul Sauvé joue un rôle important dans la fondation de l'Union nationale en 1935. Élu député en 1936 dans la circonscription de Deux-Montagnes, il y sera réélu à cinq reprises sous la bannière de l'Union nationale. En 1946, Maurice Duplessis le nomme ministre du Bien-Être social et de la Jeunesse, poste qu'il occupe jusqu'en 1959.

À la mort de Duplessis en 1959, Paul Sauvé est choisi comme successeur. Assermenté le 11 septembre 1959, le nouveau chef de l'Union nationale prononce un discours dans lequel il souligne que le Québec amorce une ère de changement. Il résume sa pensée par un mot devenu célèbre : « désormais ».

« Les cent jours de Paul Sauvé »

• Enrôlé dans l'armée de réserve en 1931, Paul Sauvé est mobilisé en 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale. Il organise l'école d'officiers et de sous-officiers de Saint-Hyacinthe en 1941. En 1943, il sert en Europe avec les Fusiliers Mont-Royal. Après sa participation au débarquement de Normandie en 1944, il est promu lieutenant-colonel et commandant des Fusiliers Mont-Royal. Il est décoré de la croix de guerre française.

• En quatre mois, Paul Sauvé règle plusieurs dossiers demeurés en suspens. Il amorce des négociations avec Ottawa qui aboutiront, sous le gouvernement Lesage, à la participation du Québec au programme d'assurance-hospitalisation à frais partagés. Le 15 octobre 1959, Paul Sauvé participe à la conférence fédérale-provinciale sur la fiscalité. Il dépose également des projets de loi pour améliorer les lois ouvrières et annonce une augmentation du salaire minimum.

• Famille de notables, les Sauvé sont politiciens de père en fils. Le père de Paul, Arthur Sauvé, a été chef du Parti conservateur du Québec de 1922 à 1929, avant de devenir député fédéral puis ministre des Postes dans le cabinet Bennett, en 1930. Arthur Sauvé meurt en fonction le 6 février 1944.

• La première profession d'Arthur Sauvé est celle de journaliste. Il travaille comme secrétaire de rédaction à La Patrie en 1902, puis comme éditeur en chef à La Nation. Il fonde le journal La Minerve qu'il dirige de 1918 jusqu'en juillet 1920.

« Les cent jours de Paul Sauvé »

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 2 janvier 1960

Invité(s) : John Diefenbaker, Onésime Gagnon, Daniel Johnson (père), Georges-Émile Lapalme, Paul-Émile Léger, Maurice Roy, Paul Sauvé

Ressource(s) : Jacques Fauteux

Durée : 22 min 37 s

Dernière modification :
9 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Les Premières nations solidaires
Télévision
2 min 49 s
Des milliers d'autochtones rassemblés à Oka manifestent leur soutien aux Mohawks.
452 arrestations arbitraires
Télévision
3 min 35 s
Dix ans après la crise d'Octobre, le journaliste Jean Larin rappelle que les quelque 450 citoyens arrêtés n'ont jamais été inculpés.