Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Provincial et territorial · « Non à la séparation »

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

On peut bien voir la démagogie de M. Dion qui parle de la plus grande décentralisation dans une fédération...c'est très bien structuré comme argument.

Soumis par : Simon de la Liberté


« Non à la séparation »

Date de diffusion : 24 octobre 1995

Les partisans du non tiennent un grand rassemblement à l'auditorium de Verdun le 24 octobre. Bien que l'enthousiasme soit présent chez les 12 500 partisans, il règne un sentiment d'inquiétude dans le camp du non. Un vent de panique s'est installé depuis que les sondages du 18 octobre ont placé l'option souverainiste en avance pour la première fois : 50,6 % contre 49,4 %.

Pour renverser cette tendance, le camp du non change sa stratégie et désigne Jean Chrétien comme principal porte-parole, en remplacement de Daniel Johnson. Le journaliste Michel Cormier trace un bilan de cette soirée et des discours des ténors fédéralistes.

La nouvelle du sondage favorable au oui force Jean Chrétien à changer son fusil d'épaule et à adopter un autre discours. Pour la première fois depuis le début de la campagne, le premier ministre admet que la bataille est serrée et que la victoire du non n'est toujours pas acquise. Pendant ce temps, la grogne se fait sentir dans le reste du Canada. Les politiciens hors Québec accusent Jean Chrétien d'avoir péché par excès de confiance. Ils mettent également en doute son leadership et son jugement.

Le 21 octobre, la dissension gagne le camp fédéraliste. Daniel Johnson demande à Jean Chrétien de promouvoir immédiatement certaines revendications du Québec, dont la société distincte, le droit de veto et le retrait du fédéral des compétences provinciales. Le premier ministre refuse d'accéder à cette requête, car pour lui, le débat ne porte pas sur la Constitution, mais sur la séparation du Québec.

Le lendemain, le camp du non accepte le concept de société distincte. Dans une déclaration conjointe, Jean Chrétien et Daniel Johnson disent appuyer ce principe, mais ne soulèvent aucunement la question du droit de veto et du retrait du fédéral des compétences provinciales. Pourtant, ces deux éléments sont mentionnés dans le manifeste du non, un document signé par les membres du camp fédéraliste, dont Jean Chrétien.

« Non à la séparation »

• Distants jusque-là du débat référendaire, les premiers ministres des autres provinces préviennent chacun leur tour les Québécois. Le 12 octobre, le premier ministre de l'Ontario, Mike Harris, déclare qu'un oui ferait du Québec un pays étranger.

• Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, abonde dans le même sens et affirme qu'il n'y aurait plus d'union économique entre les deux pays.

• Le lendemain, le chef du Parti réformiste, Preston Manning, déclare être du même avis. Il croit cependant qu'une victoire du non doit se traduire par une décentralisation de l'État fédéral. Preston Manning et Alexa McDonough du Nouveau Parti démocratique sont les seuls chefs politiques fédéraux à s'engager à reconnaître un oui.

• À Terre-Neuve, le premier ministre Clyde Wells réaffirme son opposition à un statut de société distincte pour le Québec. Même s'il reconnaît que le Québec est différent, Clyde Wells ne souhaite pas lui conférer un statut particulier au détriment des autres provinces.

• Pour leur part, les premiers ministres du Manitoba, Gary Filmon, et du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, sont en faveur d'un statut distinct pour le Québec.

• D'un océan à l'autre, des dizaines de milliers de Canadiens transmettent aux Québécois des messages d'amour et les implorent de demeurer au sein du Canada.

« Non à la séparation »

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 24 octobre 1995

Invité(s) : Jean Charest, Jean Chrétien, Stéphane Dion, Daniel Johnson, Guy Laforest

Ressource(s) : Michel Cormier, Raymond Saint-Pierre

Durée : 22 min 16 s

Dernière modification :
6 septembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Parizeau dépose le projet de loi sur l'avenir du Québec
Télévision
45 min 46 s
Jacques Parizeau présente le projet de loi 1 sur l'avenir du Québec avec la question et la date du référendum, fixé au 30 octobre.
L'Assemblée nationale adopte la question référendaire
Télévision
6 min
Le 20 septembre, l'Assemblée nationale adopte la question référendaire, malgré le désaccord des libéraux.