Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Premiers ministres canadiens · Kim Campbell, premier ministre au féminin

Période : 1986 - 1993

Kim Campbell, premier ministre au féminin

Avant Kim Campbell, aucune femme au Canada n'avait occupé le poste de ministre de la Justice, ni celui de ministre de la Défense. Encore moins celui de chef des conservateurs ou de premier ministre. En 1993, lorsque Kim Campbell est élue à la tête du Parti progressiste-conservateur, pour la première fois, une femme dirige les destinées du pays. Depuis Kim Campbell, même si son règne n'aura duré que 123 jours, le mot premier ministre se décline au féminin.

Image: photo de Kim Campbell par Barbara Woodley.

icone_tv
9 clips télé
icone_micro
4 clips radio

Fulgurante ascension d'une femme en politique

Date de diffusion : 15 mars 1993

Née en 1947 à Port Alberni, sur l'île de Vancouver, Avril Phaedra Campbell grandit à Vancouver. Lorsqu'elle atteint l'âge de 12 ans, sa mère abandonne la famille et part travailler sur des paquebots de croisière. Au lendemain de cette épreuve, l'adolescente abandonne ses prénoms et se rebaptise Kim, tout simplement. En 1964, la jeune femme entreprend des études en sciences politiques à l'université de Colombie-Britannique. Ayant décroché une bourse, elle poursuit des études soviétiques à la prestigieuse London School of Economics. En 1972, elle épouse un mathématicien de vingt ans son aîné.

Dans ce reportage diffusé au Point en mars 1993, Julie Miville-Dechêne trace un portrait de Kim Campbell.

De retour dans sa province, Kim Campbell enseigne à l'université de la Colombie-Britannique en 1974, puis entame des études de droit en 1980. Présidente de la commission scolaire de Vancouver, elle tente alors sa chance en politique provinciale.

En 1985, elle se lance dans la course à la direction du parti créditiste. Le résultat est désastreux : la candidate est éliminée au premier tour, avec 14 voix seulement. Élue aux élections provinciales de 1986, la députée s'oppose ouvertement à la décision du premier ministre Bill Vander Zalm de ne plus financer les cliniques publiques d'avortement. Elle quitte le Crédit social et se lance dans l'arène fédérale.

Candidate du Parti progressiste-conservateur dans Vancouver-Centre en 1988, Campbell arrache la victoire à la présidente du NPD, Johanna den Hertog, par 269 voix seulement. Lors de la campagne électorale, elle se porte à la défense du libre-échange avec une fougue qui la fera remarquer du premier ministre Mulroney. Elle tient tête à des manifestants en colère en leur répliquant : « Mais de quoi avez-vous donc si peur? ». Immédiatement après son élection, Brian Mulroney la nomme au cabinet comme ministre d'État aux Affaires indiennes et du Nord.

Femme de contradictions, la politicienne est à la fois féministe, position qui la place à la gauche de son parti, et néolibérale convaincue. « Elle a son côté thatchérien », estime le politologue Philip Resnick qui a été son collègue.

Fulgurante ascension d'une femme en politique

• Le père de Kim, George Campbell, a toujours été fier de parler de ses origines montréalaises. Ce dernier a en effet grandi dans la 9e Avenue du quartier Rosemont, où il a vécu pendant neuf ans. Il signait toujours les cartes d'anniversaire de sa fille Kim par cette phrase en français : « ton père qui t'aime ».

• Alors qu'elle étudie à l'école secondaire Prince of Wales de Vancouver, Kim Campbell est la première étudiante à être élue présidente de classe, aucune fille n'ayant décroché cette fonction auparavant. À l'université de Colombie-Britannique, elle sera aussi la première femme élue présidente du conseil étudiant, en 1964.

• Kim Campbell a des goûts éclectiques : elle joue du piano et du violoncelle et fredonne des chansons des Platters ou d'Elvis Presley en s'accompagnant à la guitare.

Fulgurante ascension d'une femme en politique

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 15 mars 1993

Invité(s) : J.J. Camp, Kim Campbell, Gilles Loiselle, Brian Mulroney, Judy Rebick, Philip Resnick, Svend Robinson

Ressource(s) : Julie Miville-Dechêne, Jean-François Lépine

Durée : 14 min 06 s

Photo Kim Campbell : Barbara Woodley

Dernière modification :
10 mars 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
13 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Kim Campbell à la tête des conservateurs
Radio
3 min 16 s
13 juin 1993
Kim Campbell remporte la course à la direction du Parti conservateur et devient la première femme première ministre de l'histoire du Canada.
Une femme au 10 Downing Street
Télévision
4 min 05 s
3 mai 1979
Pour la première fois de l'histoire du Royaume-Uni, une femme, Margaret Thatcher, accède à la plus haute fonction politique.