Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Premiers ministres canadiens · Louis S. St-Laurent, l'autorité tranquille

Période : 1941 - 1957

Louis S. St-Laurent, l'autorité tranquille

Partisan d'un Canada uni et autonome, Louis S. St-Laurent dirige le pays de 1948 à 1957. Cet avocat natif des Cantons-de-l'Est entame sa carrière politique comme ministre de la Justice pendant la Seconde Guerre mondiale. Une fois premier ministre, Louis S. St-Laurent prône une centralisation des pouvoirs et encourage le Canada à intervenir sur le plan international. Son gouvernement entreprend aussi de grands travaux comme la voie maritime du Saint-Laurent et l'autoroute Transcanadienne.

icone_tv
7 clips télé
icone_micro
15 clips radio

Plaideur et jurisconsulte

Date de diffusion : 25 juillet 1973

Avant de se lancer en politique, Louis Stephen St-Laurent était connu pour ses succès comme avocat spécialisé en droit constitutionnel. En 1941, sa carrière prend un tournant lorsque le premier ministre Mackenzie King l'invite à occuper les fonctions de ministre de la Justice. À 59 ans, par devoir pour sa patrie, Louis S. St-Laurent s'embarque dans une aventure qui l'amènera bientôt à diriger le Canada.

À l'occasion du décès de Louis S. St-Laurent, survenu le 25 juillet 1973, Bernard Derome présente une biographie du politicien.

Louis S. St-Laurent est né le 1er février 1882 à Compton, un village des Cantons-de-l'Est (aujourd'hui Estrie). Son père, Jean-Baptiste Moïse St-Laurent, tient un magasin général. Aîné d'une famille de six enfants, Louis S. St-Laurent grandit dans un milieu familial bilingue. Sa mère d'origine irlandaise, Mary Ann Broderick, lui parle en anglais, tandis que les discussions avec son père se déroulent en français.

De 1894 à 1902, Louis S. St-Laurent est pensionnaire au séminaire Saint-Charles de Sherbrooke. En 1902, il entreprend des études en droit à l'Université Laval. Admis au barreau en 1905, il fait ses débuts au cabinet de Louis-Philippe Pelletier, puis travaille pour Me Antonin Galipeault.

En 1923, Louis S. St-Laurent fonde un cabinet d'avocat. Dès lors, il plaide régulièrement des causes devant la Cour suprême. Sa réputation de travailleur fiable va aussi l'amener à plaider devant le plus haut tribunal d'appel de l'époque, la cour judiciaire du Conseil privé de Londres.

De 1937 à 1939, Louis S. St-Laurent remplit la fonction de conseiller auprès de la Commission royale d'enquête sur les relations entre le dominion et les provinces (dite Rowell-Sirois). Il est alors reconnu comme expert en droit constitutionnel.

Plaideur et jurisconsulte

• Fille d'immigrants firlandais, Mary Ann Broderick appelait Louis S. St-Laurent par son prénom anglais, Stephen. Elle lui apprit à lire et à écrire en anglais à la maison avant de l'inscrire à l'école, à l'âge de 8 ans.

• En 1905, Louis S. St-Laurent reçoit le prix du Gouverneur général pour ses résultats universitaires. La même année, il refuse la bourse Rhodes qui aurait pu lui permettre d'étudier à Oxford et commence à pratiquer le droit.

• En 1894, le jeune Louis S. St-Laurent assiste son père qui se présente comme candidat libéral lors d'élections partielles québécoises. Déçu par les résultats du vote, Louis S. St-Laurent abandonne toute idée de carrière politique.

• Le 19 mai 1908, Louis S. St-Laurent épouse Jeanne Renault, une jeune fille originaire de Beauceville, qui lui a été présentée par son ami Marius Barbeau (le futur célèbre anthropologue). Le couple s'installe rue Saint-Jean, à Québec.

• En 1913, Louis S. St-Laurent et Jeanne Renault se font construire une maison bourgeoise rue Grande-Allée, à Québec. Le couple y élèvera ses cinq enfants : Marthe, Renault, Jean-Paul, Thérèse et Madeleine.

• Louis S. St-Laurent a d'abord été avocat-conseil de grandes entreprises avant de plaider à la défense des gouvernements du Québec et du Canada.

• En 1929, Louis S. St-Laurent est élu bâtonnier général de la province de Québec. De 1930 à 1932, il préside l'Association du barreau canadien.

Plaideur et jurisconsulte

Média : Télévision

Émission : Biographie de Louis S. St-Laurent

Date de diffusion : 25 juillet 1973

Invité(s) : Louis S. St-Laurent

Ressource(s) : Bernard Derome

Durée : 17 min 06 s

Dernière modification :
9 juillet 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
22 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
L'imbroglio fédéral-provincial commence
Dossier
Le gouvernement d'Ottawa et les provinces se mettent d'accord en 1950 pour rapatrier le droit de modifier la Constitution de 1867.
La voie maritime du Saint-Laurent
Dossier
Le 26 juin 1959, le Canada et les États-Unis inaugurent la voie maritime du Saint-Laurent.