Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Premiers ministres canadiens · Brian Mulroney : le sommet et rien d'autre

Période : 1969 - 2005

Brian Mulroney : le sommet et rien d'autre

Dès sa jeunesse, Brian Mulroney se voit devenir un jour premier ministre du Canada. Passionné de politique, le « p'tit gars de Baie-Comeau » refuse cependant de gravir un à un les échelons parlementaires, préférant plutôt acquérir son expérience et sa crédibilité dans le monde du droit et des affaires. Parcours d'un homme charismatique et ambitieux.

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
6 clips radio

Un habile négociateur dès la vingtaine

Date de diffusion : 13 avril 1969

Brian Mulroney commence sa carrière en droit chez Howard Cate Ogilvy à Montréal en 1964. Il n'a que 25 ans ans, mais sa personnalité engageante et son assurance séduisent le prestigieux cabinet d'avocats. Habile négociateur, doté d'un sens inné de la conciliation, il ne tarde pas à se faire un nom en droit du travail.

L'une de ses premières causes d'importance est la négociation de la convention collective entre les armateurs et les débardeurs des ports du Saint-Laurent. Au micro de Claude Lemelin, il commente certaines clauses de la convention lors de sa signature en 1969.

De nature extravertie, Brian Mulroney est bilingue, possède d'indéniables qualités d'orateur, a la repartie facile et beaucoup d'ambition. La haute société ne l'a jamais intimidé et il fraie avec aisance avec le monde ouvrier, dont il est issu.

Les causes qu'il défend lui permettent de multiplier ses relations d'affaires et d'étendre rapidement ses contacts au monde syndical, un avantage pour cet avocat de la partie patronale. C'est sans compter les liens étroits qu'il entretient avec les milieux politiques fédéral et provincial depuis ses années d'université.

Brian Mulroney se trouve bientôt plongé au cœur des conflits de travail majeurs de l'époque. L'un d'eux, le lock-out du quotidien La Presse, lui permet encore une fois de se démarquer.

Au début de 1972, Paul Desmarais, propriétaire du journal et président de la Power Corporation, appelle Mulroney à son secours. Depuis l'automne précédent, le conflit s'est enlisé et toute tentative de règlement semble compromise. Faisant jouer ses relations privilégiées avec les dirigeants syndicaux, Mulroney parvient à conclure en peu de temps une entente satisfaisante pour les deux parties.

Un habile négociateur dès la vingtaine

• En 1966, une grève des débardeurs paralyse les ports de Montréal, Trois-Rivières et Québec. Dans la foulée, le gouvernement Pearson institue la Commission d'enquête sur les ports du Saint-Laurent, menée par Laurent Picard. Brian Mulroney représente les armateurs lors des audiences, une tâche dont il s'acquitte avec brio. Le rapport de la commission ne satisfaisant personne, la Fédération maritime du Canada demande à Mulroney de négocier une nouvelle convention collective entre les armateurs et l'Association internationale des débardeurs.

• Issu de la classe moyenne, Martin Brian Mulroney est le troisième d'une famille anglo-irlandaise catholique de six enfants. Il naît à Baie-Comeau au Québec le 20 mars 1939.

• La petite ville de la Côte-Nord est fondée en 1937 par un Américain, le colonel Robert R. McCormick, qui y fait construire un moulin à papier. La North Shore Paper Company est le moteur économique de la ville. McCormick est l'éditeur de deux journaux d'importance, le Chicago Tribune et le New York Daily News.

• La forte personnalité du jeune Brian l'amène très tôt à se faire remarquer par l'élite anglophone de la ville. Il sait se mettre en valeur lors des soirées mondaines et des visites annuelles du colonel McCormick, notamment en interprétant des chansons traditionnelles irlandaises. Il crée aussi avec facilité des liens avec la communauté francophone de la ville.

• Brian Mulroney fréquente l'école française de Baie-Comeau, l'école anglaise étant de confession protestante. À l'adolescence, son père, Benedict Mulroney, électricien au moulin à papier, et sa mère, Mary Irene O'Shea, décident de l'envoyer au Nouveau-Brunswick pour la poursuite de ses études. C'est que la région offre peu de perspectives d'emploi, et les parents Mulroney rêvent pour leurs enfants d'un avenir hors les murs de l'usine.

• Brian Mulroney complète ses études secondaires au St. Thomas High School de Chatham au Nouveau-Brunswick. Il obtient ensuite un diplôme en sciences politiques de l'université St. Francis Xavier en Nouvelle-Écosse. Il est diplômé en droit de l'Université Laval à Québec.

Un habile négociateur dès la vingtaine

Média : Radio

Émission : La Bourse et la Vie

Date de diffusion : 13 avril 1969

Invité(s) : Brian Mulroney

Ressource(s) : Claude Lemelin

Durée : 2 min 35 s

Dernière modification :
5 avril 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Charlottetown : un nouveau projet constitutionnel
Radio
18 min 49 s
28 août 1992
Après d'âpres négociations, le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, annonce l'adoption unanime de l'accord de Charlottetown.
Le Sommet des Irlandais
Télévision
10 min 11 s
18 mars 1985
Le « Shamrock Summit », le premier sommet entre Brian Mulroney et Ronald Reagan, se termine dans une franche amitié canado-américaine.