Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Premiers ministres canadiens · Commission Cliche : des syndicats et des crimes

Commission Cliche : des syndicats et des crimes

Date de diffusion : 3 décembre 1974

De graves actes de violence perpétrés sur le chantier du barrage LG-2 à la Baie-James en mars 1974 entraînent la création d'une commission chargée d'enquêter sur l'exercice de la liberté syndicale dans l'industrie de la construction.

Le gouvernement Bourassa y nomme le juge Robert Cliche à la présidence, Guy Chevrette - à l'époque vice-président de la Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ) - et Brian Mulroney, à titre d'avocat et représentant de la partie patronale. En compagnie de l'animateur Pierre Nadeau, tous trois font le point sur l'évolution de l'enquête alors qu'elle bat son plein en décembre 1974.

Le conflit trouve ses racines dans des pratiques syndicales douteuses, que la Commission Cliche ne manque pas d'étaler au grand jour.

La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) se disputent le contrôle du plus vaste chantier en cours dans le Québec d'alors. Leurs syndicats affiliés n'hésitent pas à recourir à l'intimidation et à la violence pour gagner des adhérents. En outre, certains membres et dirigeants syndicaux sont étroitement liés au crime organisé. L'enquête éclabousse au passage le gouvernement Bourassa, contribuant à sa défaite de 1976.

L'entrevue montre un Brian Mulroney réservé. Sur le terrain cependant, il est tout autre. Les audiences tenues à l'automne 1974 défraient les manchettes et sont diffusées quotidiennement sur le câble. Elles constituent pour Mulroney une tribune de choix où il sait se montrer impartial et incisif.

Certains lui reprochent pourtant son parti pris envers le patronat. Mais, affirme Mulroney, bien des patrons sont contrariés et ne l'aiment pas tellement, car il était censé être leur homme. Sa détermination à combattre le crime lui vaudra l'estime du public québécois.

Le rapport de la commission est déposé en mai 1975 et contribue à modifier le paysage syndical québécois. Il critique sévèrement la FTQ et son président, Louis Laberge, un proche de Mulroney. Le dirigeant syndical André Desjardins est forcé de démissionner. Quatre syndicats trouvés coupables d'actes criminels sont placés sous tutelle.

En outre, les dirigeants syndicaux devront désormais avoir un casier judiciaire vierge. Un employeur ne pourra plus discriminer un travailleur en raison de son appartenance syndicale. Une présomption de culpabilité pèsera sur tout syndicat responsable d'une grève illégale.

Commission Cliche : des syndicats et des crimes

• La comparution éventuelle de Robert Bourassa, qu'évoque Pierre Nadeau, sera évitée grâce à l'intervention de Brian Mulroney, qui jugeait indigne que la commission exige une telle chose d'un premier ministre. Il parvient à rallier Robert Cliche à ses arguments, non sans avoir menacé de quitter la commission si Bourassa était forcé de comparaître.

• Pour le seconder dans ses tâches au sein de la commission Cliche, Brian Mulroney s'adjoint un collègue d'université et ami, l'avocat Lucien Bouchard, qui fera office de procureur chef.

• Avocat, juge et homme politique, Robert Cliche était reconnu pour sa forte personnalité et son franc-parler. Il fut chef de l'aile québécoise du Nouveau Parti démocratique (NPD) entre 1964 et 1968. Né le 12 avril 1921 en Beauce, il est mort le 15 septembre 1978. Il était le mari de l'écrivaine Madeleine Ferron. Depuis 1979, le prix Robert-Cliche récompense chaque année l'auteur d'un premier roman au Québec.

• Robert Cliche a enseigné le droit à Brian Mulroney alors qu'il étudiait à l'Université Laval et compte au nombre de ses mentors.

• Guy Chevrette naît le 10 janvier 1940 à Saint-Côme, au Québec. Formé en pédagogie, il quitte l'enseignement pour se consacrer au syndicalisme au début des années 1970. En 1976, il se joint au Parti québécois (PQ) et est élu député de Joliette, poste qu'il occupera jusqu'à son retrait de la vie politique en 2002. À titre de ministre, il se voit confier la responsabilité de plusieurs portefeuilles sous les gouvernements Lévesque, Johnson (Pierre-Marc), Parizeau, Bouchard et Landry. Il est aussi chef de l'opposition de 1987 à 1989.

Commission Cliche : des syndicats et des crimes

Média : Télévision

Émission : Le 60

Date de diffusion : 3 décembre 1974

Invité(s) : Guy Chevrette, Robert Cliche, Brian Mulroney

Ressource(s) : Pierre Nadeau

Durée : 14 min 37 s

Dernière modification :
22 octobre 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
André « Dédé » Desjardins et la commission Cliche
Télévision
21 min 30 s
L'ex-directeur de la FTQ-Construction répond aux questions de Pierre Nadeau sur les activités illicites de plusieurs de ses collaborateurs.