Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Premiers ministres canadiens · Le « wonder boy » de la politique libérale

Le « wonder boy » de la politique libérale

Date de diffusion : 16 septembre 1975

En avril 1968, John Turner brigue les fonctions de premier ministre du Canada, après la démission inattendue de Lester B. Pearson. Alors âgé de 38 ans, l'ambitieux député arrive troisième sur les neuf candidats de la course. Il fait assez bonne impression pour être recruté comme ministre de la Justice par le vainqueur, Pierre Elliott Trudeau.

À l'émission Le 60 du 16 septembre 1975, Gil Courtemanche rappelle les premières années du parcours de John Turner.

Le 18 juin 1962, John Turner remporte la circonscription montréalaise de Saint-Laurent-Saint-Georges. Cinq ans plus tard, en avril 1967, le premier ministre libéral Lester B. Pearson remanie son cabinet et lui accorde le nouveau ministère de la Consommation et des Corporations.

En décembre 1967, Pearson surprend le pays en annonçant sa retraite de la vie politique. Ambitieux, John Turner se présente comme candidat dans la course à la direction d'avril 1968.

Turner désire vivement remporter la course à la direction. Dans un discours quelque peu prophétique à ses collègues libéraux, il affirme ne pas s'être présenté dans l'espoir d'une reconnaissance lors d'un futur congrès en 1984.

Se proposant comme la voix de la jeune génération, John Turner s'oppose à des vétérans du parti, dont le ministre du Commerce Robert Winters et Paul Martin père. Il inscrit dans son programme la réduction de l'écart entre les riches et les pauvres, des incitations à l'investissement dans les PME et une amélioration du sort des francophones au pays.

Le « wonder boy » de la politique libérale

• John Turner est né le 7 juin 1929, à Richmond, dans le Surrey, en Angleterre. En 1932, son père meurt d'une crise d'hyperthyroïdie. Sa mère, Phyllis Gregory, qui est canadienne, retourne vivre à Rossland, en Colombie-Britannique. L'année suivante, elle obtient un emploi d'économiste dans la fonction publique et déménage à Ottawa avec ses deux enfants.

• En 1945, Mme Turner se marie avec Frank Mackenzie Ross, un industriel millionnaire, qui deviendra plus tard lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique. À l'âge de 16 ans, John Turner vit dans un monde privilégié.

• Athlète accompli, John Turner se qualifie pour les Olympiques de 1948 comme sprinter dans l'équipe canadienne, mais ne peut y participer à cause d'une blessure.

• Diplômé en 1949 de l'université de la Colombie-Britannique, il obtient une bourse Rhodes et étudie le droit à Oxford. Il prépare ensuite son doctorat à l'université de Paris et apprend le français.

• En 1954, John Turner est admis au barreau du Québec, à Montréal.

• John Turner est réélu le 8 avril 1963 et le 8 novembre 1965 dans la circonscription de Saint-Laurent-Saint-Georges, au Québec.

• En 1968, la réforme de la carte électorale l'oblige à changer de circonscription. Il se retrouve député d'Ottawa-Carleton, district qu'il représentera jusqu'en 1976.

• En 1963, John Turner se marie avec Geills McCrae Kilgour, la fille du président de la compagnie d'assurances Great-West Life.

• En 1967, il obtient un ministère dans le cabinet Lester B. Pearson en même temps que Jean Chrétien et Pierre Elliott Trudeau. (Voir le clip Trois jeunes ministres à Ottawa.)

Le « wonder boy » de la politique libérale

Média : Télévision

Émission : Le 60

Date de diffusion : 16 septembre 1975

Invité(s) : Lloyd Axworthy, Julien Béliveau, Douglas Fisher, Jerahmiel Grafstein, Claude Lemelin, Jack Pickersgill, Phyllis Ross, John Turner

Ressource(s) : Gil Courtemanche

Durée : 14 min 11 s

Dernière modification :
12 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Histoire du « projet du siècle »
Télévision
20 min 18 s
L'aspect financier des constructions de la baie James est à l'image du projet, gigantesque et démesuré.
Le pétrole du Mackenzie
Télévision
5 min 11 s
La vallée du Mackenzie, peuplée d'Amérindiens, regorge de pétrole et de gaz naturel.