Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Partis et chefs politiques · Novembre 1976 : l'indépendance au pouvoir

Novembre 1976 : l'indépendance au pouvoir

Date de diffusion : 15 novembre 1976

L'élection de 1976 conduit à la victoire du PQ qui rafle 71 sièges sur 110 et obtient 41 % des suffrages. René Lévesque est élu dans la circonscription de Taillon avec 22 445 voix de majorité et devient le 23e premier ministre du Québec.

À 20 h 42, Radio-Canada annonce la victoire péquiste. Visiblement surpris face à cette victoire inespérée, René Lévesque, acclamé par des salves interminables d'applaudissements, proclame qu'il « n'a jamais été aussi fier d'être québécois que ce soir. On n'est pas un petit peuple, on est peut-être quelque chose comme un grand peuple ».

Face à un Robert Bourassa qui brandit la « menace séparatiste », le PQ adopte au cours de sa campagne électorale une stratégie voulant rassurer l'électorat. Mise au point par Claude Morin, cette stratégie de l'étapisme propose la réalisation graduelle de l'indépendance. Renonçant à son intention de réaliser la souveraineté-association dès son accession au pouvoir, le Parti québécois s'engage à tenir un référendum préalable sur cette question. Le PQ est donc élu sur la promesse d'être un « bon gouvernement » et de tenir un référendum.

Novembre 1976 : l'indépendance au pouvoir

• Les libéraux voient leur représentation à l'Assemblée nationale passer de 102 à 26 députés, subissant une perte de plus de 20 % des votes. Robert Bourassa lui-même est défait dans sa circonscription de Mercier. L'Union nationale de Rodrigue Biron effectue un gain de 13 % des voix et de 11 sièges.

• Le premier cabinet choisi par René Lévesque se compose de 24 ministres, dont 5 ministres d'État. Ce cabinet se caractérise par la diversité des compétences puisqu'il compte six avocats, cinq économistes, deux médecins, trois administrateurs, quatre professeurs, deux journalistes, un ingénieur et un criminologue. Plusieurs détiennent des diplômes de prestigieuses écoles internationales.

• Une femme est nommée ministre : Lise Payette, ministre des Consommateurs, des Coopératives et des Institutions financières, puis ministre d'État à la condition féminine.

• L'annonce de la victoire du Parti québécois fait la manchette de journaux à travers le monde. Aux États-Unis, certains éditorialistes craignent la victoire d'un « Castro au nord de la frontière ». La presse anglo-canadienne est la plus alarmiste. Le journal Le Monde reproduit quant à lui le poème L'An I qu'inspire à Félix Leclerc l'élection du PQ.

• L'affolement des marchés boursiers prédit par certains fédéralistes ne se produit pas, même si certaines actions connaissent une tendance à la baisse. À l'ouverture de la Bourse, le dollar canadien a légèrement fléchi. Les financiers du PQ, Jacques Parizeau en tête, organisent un réseau de surveillance des titres québécois. Certains actionnaires comme le Royal Trust et la Banque Royale se délestent de leurs titres québécois, mais la Caisse de dépôt pare la vente massive d'obligations.

Novembre 1976 : l'indépendance au pouvoir

Média : Télévision

Émission : Le Choix du Québec

Date de diffusion : 15 novembre 1976

Invité(s) : René Lévesque

Ressource(s) : Bernard Derome

Durée : 10 min 53 s

Dernière modification :
27 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Naissance du Parti québécois
Télévision
9 min 54 s
21 avril 1968
Le 21 avril 1968, le Mouvement Souveraineté Association, futur Parti québécois, tient ses premières assises.
Consternation à Ottawa
Télévision
3 min 13 s
Le déshonneur infligé au pays par Ben Johnson consterne le premier ministre Brian Mulroney et toute la classe politique canadienne.