Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Partis et chefs politiques · Crise d'octobre : le PQ sous surveillance

Crise d'octobre : le PQ sous surveillance

Date de diffusion : 23 mars 1992

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 1973, entre minuit et 5 h 30 du matin, a lieu l'opération Ham, durant laquelle la liste des membres du Parti québécois est volée par la Gendarmerie royale du Canada. Plus de trente ans après la crise d'octobre, le témoignage de l'ancien directeur des Services de sécurité de la GRC, John Starnes, devant la Commission McDonald révèle que cette opération a été ordonnée par le cabinet Trudeau.

En octobre 1970, le FLQ enlève un attaché commercial britannique, James Richard Cross, et un ministre du gouvernement québécois, Pierre Laporte, tué après quelques semaines. C'est la crise d'octobre. Alors chroniqueur politique au Journal de Montréal, René Lévesque se dissocie clairement de l'action des terroristes. Immédiatement après l'assassinat de Pierre Laporte, il rédige une lettre solennelle et effectue une déclaration à la radio, réitérant sa profonde répulsion à l'égard de la violence: « Ceux qui, froidement et délibérément, ont exécuté monsieur Laporte après l'avoir vu vivre et espérer pendant tant de jours, sont des êtres inhumains ».

Crise d'octobre : le PQ sous surveillance

• Informé que le PQ utilisait un ordinateur de marque Burroughs pour tenir à jour la liste de ses membres, le directeur de la GRC, John Starnes, autorise l'opération. Des membres de la GRC s'introduisent dans les locaux des Messageries Dynamiques après avoir neutralisé le système d'alarme. La liste est ensuite copiée sur un autre ordinateur et remise en place quelques heures plus tard, puis envoyée au quartier général de la GRC à Ottawa.

• En 1975, des officiers de la GRC décident de détruire cette liste afin d'éviter que le gouvernement fédéral ne se trouve dans une situation embarrassante.

• La confusion entre la cause de l'indépendance du Québec et le terrorisme pendant la crise d'octobre nuit au Parti québécois qui perd 45 000 membres au cours des mois qui suivent les événements d'octobre. Plusieurs souverainistes sont victimes du harcèlement policier et subissent arrestations et perquisitions. René Lévesque dénonce vivement l'adoption de la Loi des mesures de guerre dans un éditorial intitulé « Le mépris du peuple ».

Crise d'octobre : le PQ sous surveillance

Média : Télévision

Émission : Téléjournal

Date de diffusion : 23 mars 1992

Invité(s) : Warren Allmand, Robert Kaplan, Brian Mulroney, Lorne Nystrom

Ressource(s) : Bernard Derome, Daniel L'Heureux

Durée : 2 min 19 s

Dernière modification :
9 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Dissensions au congrès du RIN
Radio
10 min 10 s
Mouvement indépendantiste, le Rassemblement pour l'indépendance nationale connaît des dissensions internes.
René Lévesque quitte le Parti libéral
Télévision
12 min 30 s
Le 14 octobre 1967, René Lévesque quitte le Parti libéral avec fracas lors de son congrès à Québec.