Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Partis et chefs politiques · Chèque en blanc pour l'auberge Grand-Mère

Chèque en blanc pour l'auberge Grand-Mère

Date de diffusion : 16 juin 1999

En juin 1999, les médias dévoilent que Jean Chrétien, alors premier ministre, aurait fait pression auprès du président de la Banque de développement du Canada (BDC) afin que cette dernière approuve une demande de prêt du propriétaire de l'Auberge Grand-Mère, située dans sa circonscription électorale.

Deux reportages présentés au Téléjournal font le point sur ce qui est passé à l'histoire sous le nom de Shawinigate.

Alors qu'il prend une pause de la vie politique à la fin des années 1980, Jean Chrétien achète, avec deux autres partenaires, un terrain de golf et une auberge à Grand-Mère, en Mauricie. En 1993, il vend sa part dans l'auberge à l'homme d'affaires Yvon Duhaime. Or en 1997, ce dernier se voit accorder une subvention de 164 000 $ du Fonds transitoire de création d'emplois, ainsi qu'un prêt de 615 000 $ de la BDC et 50 000 $ du Fonds régional de développement. Au début de l'année 1999, on apprend que M. Chrétien lui-même aurait fait pression sur François Beaudoin, alors président de la BDC.

L'opposition et les médias feront leurs choux gras de cette histoire pendant des mois. Mais le premier ministre s'en tire, le conseiller en éthique fédéral Howard Wilson ayant conclu que Chrétien n'a pas enfreint le code d'éthique du gouvernement sur les conflits d'intérêts.

La polémique sera relancée en novembre 2000 lorsque François Beaudoin, qui a démissionné de son poste à la BDC, se tourne vers les tribunaux pour recevoir les indemnités qu'on lui avait promises lors de son départ. Il affirme avoir été victime d'un congédiement déguisé lorsqu'il a suggéré que la banque rappelle le prêt de 615 000 $ accordé à Duhaime.

Chèque en blanc pour l'auberge Grand-Mère

• Les faveurs du gouvernement fédéral n'ont pas porté chance à l'Auberge Grand-Mère. En 1999, la municipalité de Grand-Mère intente des poursuites contre Yvon Duhaime pour des impôts fonciers non payés en 1998 et 1999.

• En 2001, l'auberge se voit temporairement retirer son permis d'alcool, à la suite d'une série d'infractions.

• En février 2004, une partie de l'auberge est incendiée. Un mois plus tard, son propriétaire est arrêté et accusé d'avoir intentionnellement mis le feu à son établissement.

• La Banque de développement du Canada, une institution financière appartenant au gouvernement canadien, n'accorde pas de subventions, mais plutôt des prêts à long terme qui doivent être remboursés avec intérêts.

• Le Fonds transitoire de création d'emplois, un programme de trois ans mis en place par le gouvernement Chrétien, accordait des subventions aux entreprises.

• Le Fonds régional de développement est un programme provincial relevant du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, ancien ministère des Régions du Québec. Il accorde une aide gouvernementale sans obligation de remboursement.

Chèque en blanc pour l'auberge Grand-Mère

Média : Télévision

Émission : Le Téléjournal/Le Point

Date de diffusion : 16 juin 1999

Invité(s) : Yvon Duhaime, Yvon Millette, Pierre Thibault

Ressource(s) : Stéphan Bureau, Michel Cormier, Daniel Lessard

Durée : 9 min 20 s

Dernière modification :
27 février 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Le train des pères de la Confédération
Radio
14 min 12 s
Le gouvernement de John A. Macdonald tombe, en 1873, à cause d'une histoire de pots-de-vin.
Magouilles sur rails
Radio
7 min 58 s
Une autre histoire de chemin de fer met fin à la carrière politique du premier ministre du Québec Honoré Mercier.