Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Partis et chefs politiques · Le train des pères de la Confédération

Le train des pères de la Confédération

Date de diffusion : 12 mars 1992

Afin d'unir le Canada, le premier ministre du pays, John A. Macdonald, promet de faire construire un chemin de fer qui relierait le pays d'un océan à l'autre. Mais en 1872, Macdonald et Georges-Étienne Cartier, son bras droit, ont besoin d'argent pour financer la campagne des conservateurs au Québec. Ils font appel à des promoteurs, dont sir Hugh Allan, qui leur fournissent quelque 350 000 dollars. En retour, Macdonald promet à Allan qu'il obtiendra le contrat du chemin de fer transcanadien, comme le précise l'historien André Champagne dans le cadre de l'émission Au fil du temps.

Des télégrammes dénichés par des journalistes prouvent que Macdonald et Cartier ont bel et bien touché des pots-de-vin. Le premier ministre canadien se voit contraint de remettre sa démission le 5 novembre 1873. Mais le chef conservateur revient au pouvoir quatre ans plus tard, défaisant les libéraux d'Alexander Mackenzie. Son programme reprend l'idée de la construction du chemin de fer transcontinental.

Un Georges-Étienne Cartier malade quitte pour sa part le Canada en septembre 1872 afin de se faire soigner en Grande-Bretagne. Il meurt de la maladie de Bright le 20 mai 1873.

Le train des pères de la Confédération

• D'origine écossaise, John A. Macdonald est considéré comme l'un des pères de la Confédération canadienne. L'un des fondateurs du Parti libéral-conservateur (ancêtre du Parti conservateur), il est co-premier ministre avec Étienne-Paschal Taché, ensuite avec Georges-Étienne Cartier, de 1856 à 1862.

• Macdonald joue un rôle de premier plan dans la réalisation de la Confédération et est désigné comme premier ministre du gouvernement fédéral en 1867. Il meurt en fonctions le 6 juin 1891.

• Georges-Étienne Cartier est encore considéré comme l'un des politiciens les plus influents de sa génération. D'abord patriote – il participe à la bataille de Saint-Denis lors de la rébellion de 1837 –, il se joint en 1857 à la coalition formée par Macdonald et jouera un rôle actif dans la promotion de la Confédération.

• Cartier fut un des intermédiaires importants lors de l'achat de la Terre de Rupert et du Territoire du Nord-Ouest. Il négocie aussi la création de la province du Manitoba et s'implique dans l'entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération.

• William Lyon Mackenzie King (voir notre dossier) se retrouve également plongé dans une histoire de pot-de-vin. Le scandale éclate en juin 1931, alors que King n'est plus au pouvoir, lorsqu'on apprend que le Parti libéral au pouvoir a accepté 700 000 $ de la part de la Beauharnois Light, Heat and Power Co. en échange du droit de construire un barrage hydro-électrique sur la rivière Beauharnois.

• Le scandale qui entache King ne l'empêchera pas d'être réélu premier ministre du pays en 1935.

Le train des pères de la Confédération

Média : Radio

Émission : Au fil du temps

Date de diffusion : 12 mars 1992

Invité(s) : André Champagne

Ressource(s) : Pierre Lambert

Durée : 14 min 12 s

Dernière modification :
31 mai 2006


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Magouilles sur rails
Radio
7 min 58 s
Une autre histoire de chemin de fer met fin à la carrière politique du premier ministre du Québec Honoré Mercier.
Le scandale du gaz naturel
Radio
10 min 32 s
Des ministres achètent des titres de la Corporation de gaz naturel avant leur émission publique.