Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · National · Faut-il sauver le Sénat canadien?

Période : 1964 - 2003

Faut-il sauver le Sénat canadien?

Institution née de la Confédération, le Sénat canadien est honni des uns et respecté des autres. Son rôle est mal connu de la population qui n'y voit souvent qu'un lieu où se rassemblent des amis du pouvoir plus ou moins bien portants. Au tournant du 21e siècle, la Chambre haute a-t-elle toujours sa raison d'être? Devrait-on la réformer ou tout simplement l'abolir?

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
8 clips radio

Les sénateurs, ces méconnus

Date de diffusion : 13 avril 1964

Pour de nombreux Canadiens, les sénateurs sont nommés à la Chambre haute pour services rendus à un gouvernement afin d'y couler des jours tranquilles. Sarto Fournier, ancien maire de Montréal devenu sénateur, remet en question ce lieu commun et explique à Pierre Nadeau le rôle joué par les sénateurs dans le système parlementaire canadien.

Nommé au Sénat en 1953 par Louis Saint-Laurent, Sarto Fournier fut à l'époque le plus jeune membre de la Chambre haute.

C'est lors des conférences de Charlottetown et de Québec, en 1864, que le Sénat trouve ses origines. Au cours des débats de cette dernière rencontre, John A. MacDonald explique : «A fin de protéger les intérêts locaux et d'empêcher des jalousies régionales, on a jugé nécessaire que les trois grandes divisions qui composent l'Amérique du Nord britannique soient représentées à la Chambre haute en fonction du principe de l'égalité. » Le rôle des sénateurs est donc de protéger les intérêts de leur province d'origine.

Ainsi l'Ouest canadien, le Bas-Canada et les Provinces maritimes se trouvaient représentés de façon équitable sur la colline du Parlement face au Haut-Canada.

Le mandat du Sénat est double. En pratique, il a les mêmes pouvoirs que la Chambre des communes:  il entérine les projets de loi, ayant même la possibilité de proposer des amendements. Il remplit également la fonction d'enquêteur : des comités sénatoriaux sont mis sur pied pour examiner des questions telles que la politique scientifique au pays, les institutions financières, les priorités de l'agriculture ou encore la sécurité aérienne.

Les sénateurs, ces méconnus

• La façon de choisir les sénateurs – élection ou nomination – a occupé une part importante des débats lors de la conférence de Québec. Mais tant MacDonald que son bras droit, Hector-Louis Langevin, et George Brown ont soutenu l'idée d'un Sénat nommé.

• Langevin souligne les troubles, la fatigue et les dépenses énormes qu'entraînent des élections. « Nous savons que le système a épuisé le Bas-Canada… », affirme-t-il.

• Sarto Fournier (1903-1980) a rempli quatre mandats consécutifs comme député libéral à la Chambre des communes après sa première élection en 1935.

• En 1957, il défait Jean Drapeau et est élu maire de Montréal. Son passage de trois ans à l'hôtel de ville de Montréal laisse peu de traces.

• Seul fait véritablement marquant du mandat du maire Fournier : il dépose la candidature de Montréal pour la tenue d'une exposition universelle. Elle aura lieu en 1967.

• La Loi constitutionnelle de 1867 stipule que les sénateurs doivent être âgés d'au moins 30 ans, qu'ils doivent être nés au pays et qu'ils doivent posséder des biens d'au moins 4000 $ dans la province qu'ils représentent.

• Jusqu'en 1965, les sénateurs sont nommés à vie. Après un début de réforme, en 1965, ceux qui sont nommés sont tenus de prendre leur retraite à 75 ans.

• On appelle également le Sénat « Chambre rouge », de la couleur de sa décoration.

Les sénateurs, ces méconnus

Média : Télévision

Émission : Aujourd'hui (1962-1969)

Date de diffusion : 13 avril 1964

Invité(s) : Sarto Fournier

Ressource(s) : Pierre Nadeau

Durée : 9 min 16 s

Dernière modification :
23 août 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
16 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
L'imbroglio fédéral-provincial commence
Dossier
Le gouvernement d'Ottawa et les provinces se mettent d'accord en 1950 pour rapatrier le droit de modifier la Constitution de 1867.