Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · National · Le jubilé de diamant de la Confédération

Le jubilé de diamant de la Confédération

Date de diffusion : 1er juillet 1927

Ce 1er juillet, Ottawa célèbre le Jubilé de diamant de la Confédération. Il s'agit de la première émission radiodiffusée à l'échelle nationale au Canada.

D'un océan à l'autre, 23 stations radiophoniques retransmettent les discours prononcés pour l'occasion. Cette prouesse technique, rendue possible grâce à la collaboration des compagnies télégraphiques et téléphoniques de l'époque, séduit un vaste auditoire : au-delà du Canada, les programmes sont écoutés aux États-Unis, au Mexique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

Sir Jean-Lomer Gouin voit le jour à Grondines, Bas-Canada, le 19 mars 1861. Après des études classiques, il est admis au Barreau du Québec en 1884, avant d'être élu député libéral à l'Assemblée législative en 1897.

Issu d'une famille modeste, Lomer Gouin commence sa carrière municipale à Montréal, après son mariage avec Éliza Mercier, la fille du premier ministre du Québec, Honoré Mercier (en poste de 1887 à 1891). Défenseur de l'autonomie provinciale, il est élu premier ministre en 1905 et poursuit la politique de développement industriel de son prédécesseur, Simon-Napoléon Parent.

À cette époque, le Québec est en pleine transformation socio-économique; le réseau routier se développe, le système scolaire s'enrichit d'écoles techniques, l'École des Hautes Études Commerciales voit le jour et de nouveaux ministères sont créés, tels que le ministère de la Voirie (1914) et le ministère des Affaires municipales (1918).

En 1921 Lomer Gouin est élu député à la Chambre des communes, dans la circonscription de Laurier-Outremont, avant d'être nommé ministre de la Justice du gouvernement Mackenzie-King (1921-1924) puis lieutenant-gouverneur général de la province de Québec en 1929.

Le jubilé de diamant de la Confédération

• La Confédération, créée par l'Acte d'Amérique du Nord britannique, signé en 1867, unit la province du Canada, qui comprend l'Ontario et le Québec, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick et répartit les pouvoirs entre le gouvernement fédéral et les provinces. Si les droits des Canadiens français sont garantis, ceux des minorités - telles que les autochtones qui n'ont pas été consultés - ne sont pas mentionnés.

• Les conférences de Charlottetown et de Québec, en 1864, constituent les étapes essentielles vers la Confédération.

• Lomer Gouin, à l'instar des autres Libéraux québécois, se sent trahi quand le gouvernement fédéral décrète la conscription durant la Première Guerre mondiale. Néanmoins, il confirme sa foi en la Confédération lors du débat entourant la motion indépendantiste déposée par le député libéral Joseph-Napoléon Francœur, destinée à mettre fin au pacte fédératif de 1867.

• Lieutenant-général du Québec, il s'éteint dans l'exercice de ses fonctions, le 28 mars 1929, à l'âge de 68 ans et est inhumé à Montréal dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

• Aucun chiffre officiel ne recense le nombre d'auditeurs lors de cette diffusion, mais selon les estimations des experts, il avoisinerait les cinq millions.

• Au programme des festivités du Jubilé : le gouverneur général de l'époque, le vicomte Willingdon (1926-31), pose la pierre angulaire de l'édifice de la Confédération, à l'angle des rues Bank et Wellington, inaugure le carillon de la Tour de la Paix et assiste à la plantation d'érables sur la colline du Parlement.

Le jubilé de diamant de la Confédération

Média : Radio

Émission : Lomer Gouin

Date de diffusion : 1er juillet 1927

Invité(s) : Lomer Gouin

Durée : 2 min 40 s

Dernière modification :
19 avril 2010


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Enfin un hymne officiel!
Télévision
1 min 58 s
1er juillet 1980
Profitant de la fête nationale, le 1er juillet, Pierre Elliott Trudeau proclame l'Ô Canada hymne officiel du Canada.
Des visites royales
Dossier
Depuis le couronnement d'Élisabeth II, les visites royales sont devenues de plus en plus fréquentes.