Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Municipal · Élections post-fusion à Montréal

Élections post-fusion à Montréal

Date de diffusion : 2 novembre 2001

À deux jours des élections montréalaises de novembre 2001, Gérald Tremblay et Pierre Bourque, le maire sortant, sont à égalité dans les sondages.

Dans ce reportage, Philippe Schnobb brosse un portrait de la campagne des deux candidats. Alors que leurs pancartes électorales se côtoient dans les rues de la ville, les aspirants maires multiplient les rencontres avec les électeurs. Tout au long de leurs campagnes respectives, Gérald Tremblay et Pierre Bourque rencontrent de nombreux détracteurs.

Aidé par le vote des électeurs des banlieues opposés aux fusions, Gérald Tremblay remporte de justesse les élections du 4 novembre 2001. Il obtient 48,7 % des voix contre 44,5 % pour Pierre Bourque.

Les candidats de l'Union des citoyens de l'île de Montréal, le parti de Gérald Tremblay, reçoivent 54,5 % de l'appui des Montréalais. Le nouveau maire réussit à faire élire 41 conseillers alors que 31 candidats de Vision Montréal, le parti de Pierre Bourque, et une indépendante sont élus.

En 2001, en raison des fusions municipales, la campagne électorale montréalaise s'étire sur neuf mois. D'ailleurs, le thème de la défusion des villes de banlieues éclipse complètement d'autres dossiers majeurs tels que l'environnement ou encore l'amélioration des routes.

Le maire sortant, Pierre Bourque, s'attire l'hostilité des électeurs des villes fusionnées à Montréal. De son côté, l'aspirant à la mairie, Gérald Tremblay, se défait difficilement de l'image de porte-parole des banlieues. Les deux candidats tentent de convaincre les citoyens que leur parti sera le plus apte à gérer la ville reconstituée.

Élections post-fusion à Montréal

• Avocat, gestionnaire et homme d'affaires, Gérald Tremblay commence sa carrière politique en 1989, comme député libéral dans Outremont. Entre 1989 et 1994, Robert Bourassa lui confie le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Technologie.

• Pierre Bourque occupe le poste de maire de Montréal pendant sept ans, de 1994 à 2001.

• Ingénieur horticole de formation, Pierre Bourque est directeur du Jardin botanique de Montréal de 1980 à 1994. Une fois maire, il connaît des difficultés. D'anciens conseillers blâment le peu de transparence dont il fait preuve.

• Candidat défait de l'Action démocratique du Québec aux élections générales provinciales d'avril 2003, Pierre Bourque siège comme chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Montréal depuis les élections de 2001.

• En 2003, les revenus divers perçus par les municipalités du Québec s'élèvent à 11,2 milliards de dollars. Les deux tiers de ces rentrées d'argent proviennent des taxes.

• La même année, les dépenses de ces municipalités atteignent 9,2 milliards de dollars. Les principaux frais concernent les transports, la sécurité publique, l'administration, l'hygiène et les loisirs.

Élections post-fusion à Montréal

Média : Télévision

Émission : Montréal ce soir

Date de diffusion : 2 novembre 2001

Invité(s) : Pierre Bourque, Gérald Tremblay

Ressource(s) : Raymond Saint-Pierre, Philippe Schnobb

Durée : 4 min 01 s

Dernière modification :
20 septembre 2013


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Élu maire au 19e siècle
Radio
7 min 07 s
En 1833, les conseillers municipaux choisissent le premier maire de Montréal, Jacques Viger.
Écrasante majorité pour Jean Drapeau
Télévision
42 min 38 s
En 1966, le maire de Montréal, Jean Drapeau, obtient un troisième mandat avec 94 % des suffrages.