Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Langue et culture · L'éveil de l'Acadie

Période : 1960 - 1970

L'éveil de l'Acadie

Au cours des années 1960, le Nouveau-Brunswick connaît lui aussi sa révolution tranquille. L'Acadien Louis J. Robichaud, premier ministre de la province de 1960 à 1970, lance son programme Chances pour tous, qui révolutionne l'éducation, la fiscalité et le statut linguistique du Nouveau-Brunswick. C'est une deuxième renaissance de la communauté acadienne.

icone_tv
7 clips télé
icone_micro
8 clips radio

La première renaissance acadienne

Date de diffusion : 31 août 1984

Le réveil acadien commence en 1850 quand des députés acadiens sont élus à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick et au Parlement canadien. L'ouverture d'institutions d'enseignement telles que le séminaire Saint-Thomas à Memramcook, en 1854, et le collège Saint-Joseph, en 1864, puis la création d'un journal francophone, Le Moniteur acadien, sont également des éléments de cette renaissance acadienne. Anselme Chiasson raconte cette période au journaliste Gérard Leblanc.

C'est avec la tenue du premier congrès national de 1881 que les Acadiens se définissent comme entité distincte, selon les mots de l'historien Émery Leblanc, en formant la Société nationale de l'Assomption. Au cours de la deuxième convention nationale de 1884, tenue à Miscouche, à l'Île-du-Prince-Édouard, les Acadiens se dotent de symboles propres – drapeau, hymne, insigne, devise, etc. – aux francophones des provinces du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse.

La première renaissance acadienne

• C'est le navigateur florentin Giovanni da Verrazano qui aborde, en 1524, les côtes de ce qui est aujourd'hui le Canada atlantique. Les expéditions de Jacques Cartier et de Roberval, de 1534 à 1543, touchent les côtes de Terre-Neuve, du Cap-Breton, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. Il n'y a cependant pas de tentative sérieuse d'établir des colonies à ce moment-là.

• Il n'y a pas unanimité quant à la provenance du nom Acadie. Il viendrait du micmac Algatic, qui veut dire lieu de campement, pour certains historiens, ou du malécite Quoddy, ou endroit fertile, selon d'autres.

• En 1524, Verrazano écrit à François 1er qu'il a baptisé la région qu'il vient de découvrir Arcadie « en raison de la beauté de ses arbres », faisant référence à l'Arcadie des Grecs.

• Lors de la convention nationale de 1884, les Acadiens se dotent d'un drapeau. Inspiré du drapeau tricolore français (bleu, blanc, rouge), il comprend également une étoile dorée dans la partie bleue, pour figurer la Vierge Marie, patronne des Acadiens. « Cette étoile, qui doit guider la colonie acadienne à travers les orages et les écueils, sera aux couleurs papales pour montrer l'inviolable attachement à la Sainte Église, notre mère », peut-on lire dans Le Moniteur acadien du 24 août 1884.

La première renaissance acadienne

Média : Télévision

Émission : Reflets d'un pays

Date de diffusion : 31 août 1984

Invité(s) : Anselme Chiasson

Ressource(s) : Gérard Leblanc

Durée : 15 min 11 s

Dernière modification :
2 avril 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
15 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Fermeture de <i>L'Évangéline</i> : à qui la faute?
Radio
7 min 50 s
27 septembre 1982
Seul quotidien francophone des Maritimes depuis 1949, L'Évangéline ferme ses portes dans la confusion.
Grève des étudiants à Moncton
Radio
8 min 58 s
20 février 1968
Excédés par le mépris infligé à la communauté francophone, à Moncton, les étudiants sortent de leur mutisme.