Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Langue et culture · Loi 101 : l'avenir du français?

Période : 1969 - 2004

Loi 101 : l'avenir du français?

Le 26 août 1977, la Charte de la langue française devient la plus élaborée des politiques linguistiques jamais adoptées au Québec. Mieux connue sous le nom de « loi 101 », elle consacre des années de lutte pour la primauté du français dans la province. Mais à l'instar des controversées « lois » 63 et 22 qui l'ont précédée, elle attise les passions et fait l'objet de contestations successives devant les tribunaux.

icone_tv
15 clips télé
icone_micro
7 clips radio

Vous devez ouvrir une session pour commenter ce clip.

Pierre Bourgault se servait de l'argument de la langue pour exciter la colère des francophones dans le but d'aller chercher des votes chez les plus ignorants vivant sur notre territoire. Ce que Bourgault ne disait pas dans ses discours flamboyants, c'est qu'au Québec, il n'y avait pas d'écoles publiques françaises. Il y avait que des écoles Catholiques. Personnellement, j'ai été expulsé en déc. 1953 des écoles françaises et ceci pour 4 ans ; en sept 1957, j'ai été repris après un procès que ma famille a gagné. En automne 1960, j'ai été à nouveau expulsé des écoles françaises du Québec mais cette fois j'ai été dirigé dans une école anglaise, moi francophone pur-laine ! Notre société contrôlé par les religieux Catholiques, était carrément arriérée. C'était comparable aux écoles religieuses d'aujourd'hui dans les pays de dictature religieuse.

Soumis par : Jean-Pierre Chabot


Un Québec unilingue français!

Date de diffusion : 21 mai 1966

Dès lors que le politique s'empare de manière définitive de la question linguistique dans les années 1960, deux idéologies vont se heurter et tenter d'emporter l'adhésion de la majorité au Québec : le bilinguisme et l'unilinguisme français. Le mouvement nationaliste a fait de ce dernier l'un de ses principaux chevaux de bataille.

À la veille des élections provinciales de juin 1966, Pierre Bourgault, chef du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN), lance un vibrant appel en faveur d'un Québec unilingue français.

Jusque dans les années 1960, l'unilinguisme français au Québec est une vue de l'esprit, le bilinguisme, un dialogue à sens unique. Les anglophones n'ont jamais été contraints d'apprendre le français, l'anglais étant la langue du travail et du commerce, particulièrement à Montréal. En revanche, nombre de francophones doivent être bilingues s'ils veulent obtenir du travail.

Pour les tenants d'un Québec français, l'unilinguisme corrigerait le déséquilibre en obligeant les anglophones à apprendre la langue de la majorité et redonnerait aux francophones la pleine mesure de leurs droits.

L'unilinguisme radical recrute ses militants au sein du mouvement nationaliste, mais aussi dans les centrales syndicales et chez les étudiants. Bien que revendiqué bruyamment, il demeure cependant le fait d'une minorité au sein de la majorité. Nombre de Québécois francophones se montrent davantage favorables à un bilinguisme équilibré.

D'autres prônent un unilinguisme modéré, c'est-à-dire la primauté du français dans le respect des droits linguistiques de la minorité anglophone. René Lévesque, ministre libéral dans le gouvernement Lesage, puis fondateur du Parti québécois en 1968, est de ceux-là.

Un Québec unilingue français!

• Au cours des années 1960, le terme « Québécois » supplante peu à peu celui de « Canadien-français ». Le geste n'est pas qu'un caprice de vocabulaire. En évacuant ainsi la référence au Canada, les Québécois confirment leur identité propre, redéfinie sur la base du territoire qu'ils occupent. De Canadiens français minoritaires qu'ils étaient dans un Canada anglais, les voilà maintenant Québécois majoritaires au sein d'un Québec essentiellement français. Les Anglo-Québécois, eux, sont désormais relégués au statut de minorité.

• Le bilinguisme se joue tant sur la scène provinciale que fédérale. Devant la montée du mouvement nationaliste québécois et les revendications des Canadiens français, le gouvernement Pearson crée la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme en 1963. Elle débouchera sur l'adoption de la Loi sur les langues officielles six ans plus tard.

• Selon un sondage publié en avril 1969 dans le quotidien de langue anglaise Montreal Star, 30 % des francophones seraient alors favorables à une législation imposant l'unilinguisme français.

Un Québec unilingue français!

Média : Télévision

Émission : Les Élections provinciales

Date de diffusion : 21 mai 1966

Invité(s) : Pierre Bourgault

Durée : 6 min 14 s

Audio d'une émission de télévision

Dernière modification :
17 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
22 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
« McGill français! »
Radio
4 min 30 s
28 mars 1969
Le soir du 28 mars 1969, la police de Montréal tente de disperser les manifestants qui exigent la francisation de l'Université McGill.
L'an 1 de la « loi 101 »
Télévision
6 min 42 s
26 août 1977
La Charte de la langue française, dont le père est Camille Laurin, est adoptée le 26 août 1977 et sanctionnée le lendemain.