Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Langue et culture · S'instruire dans sa langue

S'instruire dans sa langue

Date de diffusion : 23 janvier 1963

En 1963, la législation scolaire de la Saskatchewan ne favorise pas les francophones. Les enfants ont à peine droit à quelques heures de français par semaine, explique Roland Pinsonneault dans le cadre de l'émission Droit de cité. Depuis la fondation de la province, les heures d'enseignement du français dans les écoles publiques ont été accordées, puis enlevées au gré des différents gouvernements.

En 1909, l'anglais est la seule langue d'enseignement, cependant l'usage du français est autorisé au primaire. Dans la province voisine du Manitoba, l'enseignement du français sera carrément interdit en 1916.

Ce sont les associations formées par des parents francophones qui permettront au français de subsister en Saskatchewan. En 1918, les petits francophones n'ont droit qu'à une heure de français à l'école. C'est cette même année que les commissaires des écoles francophones se regroupent pour former une association qui deviendra l'Association provinciale des parents fransaskois. L'ouverture du collège Mathieu à Gravelbourg a également lieu en 1918.

L'anglais devient la seule langue d'enseignement dans les écoles publiques lorsqu'est adoptée la loi scolaire de 1931.

Il faudra attendre 1967 pour que l'enseignement du français soit autorisé dans les institutions publiques. L'année suivante, on crée les écoles désignées, où l'enseignement se fait en français pendant plus d'une heure par jour.

En 1980, le gouvernement crée, au sein du ministère de l'Éducation, le Bureau de la minorité de langue officielle (BMLO). L'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés vient garantir le droit des minorités de langue officielle à un enseignement dans leur langue.

Après deux refus, le gouvernement de la Saskatchewan accorde, en 1993, le droit aux parents francophones de gérer les écoles fransaskoises.

S'instruire dans sa langue

• L'Association catholique franco-canadienne jouera, à partir de 1925, le rôle de ministère de l'éducation des francophones, assumant l'embauche des enseignants, la mise sur pied et la révision des programmes, le choix des manuels et l'organisation des examens.

• Au fil des années, de nombreuses associations se sont portées à la défense de l'éducation en français : l'Association canadienne-française des instituteurs de la Saskatchewan, créée en 1954, l'Association du préscolaire fransaskois en 1983, le Centre fransaskois de ressources culturelles et pédagogiques et le Service fransaskois d'éducation aux adultes en 1986.

• Fondé par les missionnaires oblats, le collège Mathieu de Gravelbourg demeure un symbole de l'enseignement en français en Saskatchewan.

• En 1970, l'institution s'ouvre aux filles. Puis en 1976, les Oblats de Marie Immaculée cèdent la direction du collège à une administration laïque. En 1988, l'école passe au feu. Un nouveau collège est inauguré en 1990.

• Au début des années 2000, le collège Mathieu connaît des problèmes d'inscription. En 2004, une vingtaine d'élèves seulement y suivent des cours.

• Les zones scolaires sont divisées en régions géographiques. En 2000, la division scolaire francophone gère neuf régions pour un total de douze écoles francophones.

• Affilié à l'université de Regina, l'Institut français de Regina offre une formation post-secondaire en français.

• L'université de Regina propose par ailleurs un programme en éducation visant à former des enseignants pour les écoles fransaskoises et les écoles d'immersion.

S'instruire dans sa langue

Média : Télévision

Émission : Droit de cité

Date de diffusion : 23 janvier 1963

Invité(s) : Roland Pinsonneault

Ressource(s) : Paul-Émile Tremblay

Durée : 7 min 58 s

Dernière modification :
1er septembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Fête à Saint-Denis
Radio
28 min 28 s
C'est jour de fête chez les Denis, famille et amis sont venus se remémorer leur arrivée dans le village et entonner des chansons en français.
Le baiser de la langue française
Radio
16 min 46 s
Les enjeux pour la survivance du français sont nombreux : éducation, information, économie, démographie.