Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · International · Le Canada et l'apartheid : ni noir, ni blanc

Période : 1961 - 1993

Le Canada et l'apartheid : ni noir, ni blanc

De 1948 à 1991, l'Afrique du Sud est régie par des politiques racistes et ségrégationnistes. Expulsé du Commonwealth en 1961, puis mis au ban des Nations unies et soumis aux sanctions de nombreux pays, le gouvernement de Pretoria fait figure de paria. Alors que le gouvernement canadien prend le rôle de leader dans la lutte diplomatique contre l'apartheid, les entreprises canadiennes continuent allègrement de faire affaire en Afrique du Sud.

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
11 clips radio

Chronique d'une ségrégation

Date de diffusion : 30 novembre 1964

Qu'est-ce que l'apartheid au jour le jour? Le journaliste André Manderstan dresse un portrait de la vie en Afrique du Sud, donnant la parole à un leader religieux blanc, J. D. Vorster.

Le système de l'apartheid touche tous les gestes quotidiens. Ainsi, la loi punit les relations sexuelles entre Blancs et gens de couleur, qu'ils soient Noirs ou métis, et les mariages interraciaux sont interdits. Contrevenir à la loi sur l'immoralité peut valoir une peine de sept ans de prison.

Pendant les quatre décennies que dure le régime de l'apartheid, la société est fortement hiérarchisée. Les descendants européens sont au sommet de l'échelle sociale, les métis et les Asiatiques occupent la situation intermédiaire, et les Noirs se retrouvent au dernier rang. Les Noirs sont confinés dans des emplois subalternes, manœuvres ou domestiques. Les zones d'habitation sont délimitées selon des critères de race.

Cette hiérarchie touche également la vie politique : la Constitution interdit aux non-Blancs de siéger au Parlement.

L'apartheid envahit même le domaine de la justice. Selon un rapport des Nations unies de 1968, il y eut entre 1961 et 1965, dans le monde entier, 2066 condamnations à mort, dont la moitié a été appliquée. Or, en Afrique du Sud, entre juillet 1963 et juin 1965, il y eut 281 condamnations à mort, dont 194 ont été exécutées. Le pays compte pour 47 % des exécutions du monde entier. Or, ce sont des Noirs qui écopent de la très grande majorité des condamnations à mort et des peines de prison.

Chronique d'une ségrégation

• L'homme qu'interviewe André Manderstan est le frère de Balthazar Johannes Vorster, qui fut ministre de la Justice et de la Police de 1961 à 1966, puis premier ministre de 1966 à 1978. Président de la République sud-africaine en 1978, il est compromis dans un scandale et doit démissionner. Les deux frères sont de fervents nationalistes afrikaners.

• Selon le recensement de 1960, l'Afrique du Sud compte une population de près de 11 millions de Noirs, 3 millions d'Européens, 1,5 million de métis et près de 500 000 Asiatiques.

• Les Noirs sont divisés en groupes ethniques, les principaux étant les Zoulous, les Xhosas, les Sothos et les Tswanas.

• Un des événements marquants de l'histoire du pays fut la guerre entre les Anglais et les Boers, descendants des Hollandais également appelés Afrikaners. À la fin du XIXe siècle, la découverte de mines d'or et de diamant attire nombre d'immigrants européens et plus particulièrement britanniques. Des conflits naissent autour des questions de territorialité et en 1899 éclate la guerre entre Anglais et Boers. Les Britanniques sortent victorieux du conflit en 1902 et instaurent l'Union sud-africaine, un dominion britannique, en 1909.

Chronique d'une ségrégation

Média : Radio

Émission : Partage du jour

Date de diffusion : 30 novembre 1964

Invité(s) : Otto Krauser, Dr Vorster

Ressource(s) : André Manderstan

Durée : 6 min 24 s

Dernière modification :
22 juillet 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
19 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Morts les enfants de Soweto
Radio
8 min 40 s
16 juin 1976
En juin 1976, de violents affrontements entre des jeunes Noirs de Soweto et les forces de l'ordre font plusieurs morts.
Nelson Mandela enfin libre
Télévision
9 min 22 s
11 février 1990
Quelques mois après sa libération, Nelson Mandela accorde une entrevue à Madeleine Poulin.