Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · International · Bata et ses usines sud-africaines

Bata et ses usines sud-africaines

Date de diffusion : 19 septembre 1985

Bata n'est pas la seule entreprise canadienne à continuer d'avoir pignon sur rue au pays de l'apartheid. Le fabricant de chaussures exploite trois manufactures en Afrique du Sud. Dans un entretien accordé au journaliste Bertrand de la Grange, Sydney Finleyson, directeur de l'entreprise en Afrique du Sud, tente de justifier la présence de ces trois usines. Des syndiqués, de leur côté, racontent la réalité des travailleurs et, surtout, des travailleuses de Bata.

D'autres entreprises canadiennes continuent de faire affaire en Afrique du Sud. De nombreuses banques, dont la Banque de Montréal et la Banque Royale du Canada, continuent d'y investir. Et c'est sans compter d'autres entreprises comme Alcan, Dominion Textile, Molson ou encore Seagram.

Sur les campus canadiens, principalement ceux des institutions universitaires anglophones, des appels au boycott des produits sud-africains et des entreprises faisant affaire en Afrique du Sud sont lancés. Il est cependant difficile de mesurer l'influence réelle de ces boycotts. Plusieurs entreprises canadiennes quitteront le pays après 1985, moins par conviction politique qu'à cause de la crise économique qui y sévit.

Bata et ses usines sud-africaines

• Dans son site Internet, Bata affirme être une entreprise citoyenne et éthique qui a toujours tenté de contribuer au bien-être des pays et des communautés où elle était implantée. Elle aura pourtant attendu le boycott de groupes anti-apartheid dans les années 1980 pour quitter l'Afrique du Sud.

• En 1979, Bata Shoes fait appel à l'armée indonésienne pour mater une grève dans une de ses usines en Indonésie. Aujourd'hui encore, ses travailleurs indonésiens demeurent les plus mal payés des employés du fabricant de chaussures canadien à travers le monde.

• En 1980, l'entreprise canado-américaine Space Research Corporation (SRC), fondée par le Québécois Gerald Bull et installée à Sherbrooke, est accusée d'avoir vendu 30 000 obus au gouvernement de Pretoria, malgré l'embargo décrété par l'ONU en 1977. Une enquête de la Gendarmerie du Canada est ouverte. Bull sera reconnu coupable.

Bata et ses usines sud-africaines

Média : Télévision

Émission : Le Point

Date de diffusion : 19 septembre 1985

Invité(s) : Sydney Finleyson, Frank Sineke

Ressource(s) : Bertrand de la Grange, Simon Durivage

Durée : 10 min 30 s

Dernière modification :
20 mai 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
L'Afrique du Sud quitte le Commonwealth
Télévision
6 min 08 s
En mars 1961, les pays membres du Commonwealth décident d'exclure la République sud-africaine, manifestant ainsi leur rejet de l'apartheid.
Chronique d'une ségrégation
Radio
6 min 24 s
L'apartheid envahit chaque geste de la vie quotidienne des Noirs, des Blancs, des métis et des Asiatiques.