Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · International · Le Canada menace de rappeler ses diplomates

Le Canada menace de rappeler ses diplomates

Date de diffusion : 27 octobre 1985

Le Commonwealth rompt ses relations avec l'Afrique du Sud en 1961, nous rappelle le journaliste Achille Michaud. Jusqu'à la fin de l'apartheid, en 1991, des organisations internationales et des pays ont condamné l'apartheid et appliqué divers types de sanctions. Si les pays de l'Europe de l'Est, l'Union soviétique et de nombreux pays d'Afrique rompent dès les années 1960 leurs rapports diplomatiques et commerciaux avec l'État sud-africain, le Canada conserve certains échanges.

En 1973, le Haut-Commissariat des droits de l'homme de l'Organisation des Nations unies adopte la Convention internationale sur l'élimination et la répression du crime d'apartheid, qui définit l'apartheid comme crime contre l'humanité. Par cette convention, qui entre en vigueur le 18 juillet 1976, les États signataires s'engageaient à « prendre toutes les mesures, législatives ou autres, nécessaires » pour empêcher le crime d'apartheid.

En novembre 1977, l'ONU établit des sanctions contre l'Afrique du Sud, dont l'interdiction de toute vente d'armes.

Ottawa met fin à ses relations commerciales avec le régime d'Afrique du Sud en 1977 pour protester contre sa politique d'apartheid. En 1985, Joe Clark, alors secrétaire d'État aux Affaires extérieures, annonce une série de sanctions contre l'Afrique du Sud.

En octobre de la même année, lors d'une session spéciale de l'assemblée générale de l'ONU, le premier ministre canadien Brian Mulroney annonce que son pays est prêt à imposer des sanctions totales pouvant aller jusqu'à la cessation des relations diplomatiques contre l'Afrique du Sud.

Le Canada menace de rappeler ses diplomates

• En 1985, le Canada interdit, entre autres, la vente d'ordinateurs et d'autres appareils « sensibles » à la police sud-africaine. Mais ce sont les entreprises, les travailleurs et les particuliers qui poseront des gestes concrets pour manifester contre le régime sud-africain. Ainsi, en 1985, l'entreprise d'informatique américaine Apple cesse toutes ses activités en Afrique du Sud. En février 1986, l'ambassadeur sud-africain est accueilli à Montréal par des manifestants. Et pendant une journée entière, en mars 1986, les employés de Poste Canada refusent de toucher au courrier sud-africain.

• Le Canada fait également campagne auprès des autres pays pour qu'ils imposent des sanctions contre l'Afrique du Sud. Ainsi, Joe Clark, en visite à Tokyo en juillet 1988, demande au Japon de restreindre son commerce avec l'État sud-africain. Quelques semaines plus tard, il propose aux pays membres du Commonwealth des mesures afin de combattre la propagande et la censure du gouvernement de Pretoria.

• Les pays de la Francophonie, dont le Canada est membre, s'engagent également dans la lutte contre l'apartheid. À la suite du Sommet de Québec de septembre 1987, un projet hors cadre alloue 300 000 $ à un programme de bourses pour les victimes de l'apartheid en Afrique du Sud.

Le Canada menace de rappeler ses diplomates

Média : Radio

Émission : Présent dimanche

Date de diffusion : 27 octobre 1985

Invité(s) : Brian Mulroney, Jacques Rastoul, Kaye Whiteman

Ressource(s) : Achille Michaud

Durée : 9 min 53 s

Dernière modification :
1er septembre 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Vietnam :  fuir le communisme
Radio
11 min 30 s
L'année 1975 marque le début d'un régime répressif qui entraînera l'exode de centaines de milliers de Vietnamiens.
Un marché, deux sociétés?
Radio
11 min 16 s
En 1988, le Canada et les États-Unis entérinent l'Accord de libre-échange. L'accord est-il une menace pour l'identité canadienne?