Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · International · Après le purgatoire, la rédemption

Après le purgatoire, la rédemption

Date de diffusion : 15 mai 1985

Un véritable raz-de-marée progressiste-conservateur déferle sur le pays le 4 septembre 1984. Redevenu simple député après sa défaite de 1983, Joe Clark est réélu dans sa circonscription de Yellowhead, en Alberta. Nommé secrétaire d'État aux Affaires extérieures, il ne tarde pas à devenir un membre clé du cabinet Mulroney.

En mai 1985, le journaliste Louis Martin aborde avec lui différents aspects de la politique étrangère canadienne, notamment les questions du libre-échange et de la marge d'indépendance politique du Canada vis-à-vis des États-Unis.

L'attitude de Clark envers Mulroney lors de sa défaite et ses années passées aux Affaires extérieures lui valent le respect et la crédibilité qui lui ont tant fait défaut lorsqu'il était chef de parti et premier ministre.

Clark se montre en pleine maîtrise de ses dossiers et acquiert l'aura d'un politicien chevronné. Perçu comme honnête et digne de confiance, il est reconnu à l'échelle mondiale par ses pairs. Certains estiment même qu'il est l'un des meilleurs ministres des Affaires étrangères de l'histoire canadienne.

Si Clark travaille de concert avec les États-Unis dans certains dossiers comme celui du libre-échange, ailleurs, il se distancie de la politique américaine. Il autorise notamment la venue de réfugiés en provenance de dictatures soutenues par les États-Unis, comme le Salvador et le Guatemala, et prend position contre l'intervention américaine au Nicaragua dans les années 1980.

Il dénonce aussi avec fermeté l'apartheid en Afrique du Sud et amène le Canada à jouer un rôle déterminant en persuadant Mulroney d'imposer des sanctions économiques au régime de Pretoria, de concert avec les autres pays du Commonwealth.

Après le purgatoire, la rédemption

• Sous la houlette de Brian Mulroney, les progressistes-conservateurs remportent une victoire écrasante aux élections fédérales de septembre 1984, récoltant 211 sièges sur 282.

• Clark dirige le ministère des Affaires étrangères de 1984 à 1991.

• En 1984, Joe Clark alerte l'opinion mondiale et prend l'initiative d'un mouvement d'aide aux victimes de la famine en Éthiopie.

• En 1986, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés décerne la médaille Nansen au peuple canadien « en reconnaissance des services éminents rendus aux réfugiés ».

• Pendant le bref intermède conservateur de 1979, Joe Clark et sa ministre des Affaires étrangères, Flora MacDonald, autorisent la venue au Canada de 50 000 réfugiés du Vietnam, du Cambodge et du Laos. (Voir le clip Québec : terre d'accueil dans le dossier Les réfugiés de la mer.)

• Flora MacDonald est la première femme à occuper le poste de ministre des Affaires étrangères au Canada.

Après le purgatoire, la rédemption

Média : Radio

Émission : Présent édition nationale

Date de diffusion : 15 mai 1985

Invité(s) : Joe Clark

Ressource(s) : Louis Martin

Durée : 10 min 44 s

Dernière modification :
10 mars 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Mais qui est Joe Clark ?
Télévision
16 min 13 s
Contre toute attente, le jeune et peu connu Joe Clark est élu à la direction du PC en 1976.
Un homme fatigué
Télévision
10 min 56 s
À la veille du référendum sur l'accord de Charlottetown, dont il est l'un des principaux architectes, Joe Clark songe pour la première fois à se retirer de la vie politique.