Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · International · De la colonisation à la guerre de 1990

De la colonisation à la guerre de 1990

Date de diffusion : 7 octobre 1990

Au moment de la diffusion de ce reportage, le calme est revenu à Kigali, la capitale du Rwanda. Ceux qu'on appelle les rebelles, des membres du Front patriotique rwandais (FPR), sont arrivés par le nord-est du pays au début du mois d'octobre et ont réussi à rentrer dans Kigali. L'armée du président Juvénal Habyarimana repousse ces Tutsis, réfugiés en Ouganda voisin depuis plus de 30 ans.

L'explication du conflit d'octobre 1990 remonte à l'histoire même de la colonisation du Rwanda par les Allemands, puis les Belges, au début du 20e siècle.

Dès son arrivée en 1916, la Belgique appuie son pouvoir sur l'aristocratie tutsie déjà en place. Lorsque le représentant africain du pouvoir belge Mwami Mutara (mwami veut dire roi) meurt mystérieusement en juillet 1959, le pays plonge dans la guerre civile.

En 1960, Kigeli V, successeur du Mwami Mutara, est contraint à l'exil, suivi par quelque 200 000 Tutsis. En janvier 1961, la république est proclamée et la monarchie disparaît. Le Parmehutu, parti du mouvement de l'émancipation hutue, prend le pouvoir à la suite des élections de septembre 1961. L'indépendance est proclamée le 1er juillet 1962.

Mais l'exil de centaines de milliers de Rwandais de la minorité tutsie marque le pays. En 1963, une première tentative de coup d'État organisée par les exilés se solde par une série de massacres contre les Tutsis. Une incursion de Tutsis armés dans le sud du Rwanda enflamme à nouveau le pays en 1966.

En juillet 1973, le général Juvénal Habyarimana, un Hutu du Nord, prend le pouvoir. Il établit une certaine forme de paix entre Hutus et Tutsis, tout en gardant ces derniers à l'écart de toute forme de pouvoir politique. Ce calme précaire dure jusqu'au tournant de la décennie 1990.

De la colonisation à la guerre de 1990

• La région des Grands Lacs (Rwanda, Burundi, Congo et Ouganda) est la dernière d'Afrique à avoir été colonisée, d'abord par l'Allemagne, puis, au tournant du 20e siècle, par la Belgique.

• Cette région, d'une superficie de plus de 110 000 m2, tire son nom de six grands lacs : Albert, Édouard, Kivu, Malawi, Tanganyika et Victoria.

• Le territoire aujourd'hui occupé par le Rwanda et le Burundi a longtemps été connu sous le nom de Ruanda-Urundi.

• Le Rwanda, appelé Pays aux mille collines à cause de sa géographie, est essentiellement agricole. Il dispose de peu de richesses minières, contrairement au Congo-Kinshasa voisin.

• Les langues officielles sont le kinyarwanda, commun aux Hutus et aux Tutsis, le français, vestige de la colonisation belge, et l'anglais, langue parlée par de nombreux Tutsis exilés en Ouganda et en Tanzanie.

• Le pays est composé à 85 % de Hutus, à 14,5 % de Tutsis, et en très faible proportion (0,5 %) de Twas.

• Les exilés tutsis réfugiés au Kenya créent, en 1979, la Rwandese Refugee Welfare Foundation (RRWF), qui devient l'année suivante la Rwandese Alliance for National Unity (RANU), dans le but de trouver une solution à cet exil et combattre le gouvernement de Kigali.

• En 1987, la RANU devient le Front patriotique rwandais (FPR), composé de Tutsis auxquels se sont joints des Hutus modérés fuyant le régime autoritaire du général Habyarimana.

De la colonisation à la guerre de 1990

Média : Radio

Émission : Dimanche magazine

Date de diffusion : 7 octobre 1990

Invité(s) : Pasteur Bizimungu, Alain Jerlache

Ressource(s) : Léo Kalinda, Michel Pelland

Durée : 11 min 21 s

Dernière modification :
14 octobre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Un an après le déluge du Saguenay
Radio
14 min 19 s
Un an après les inondations, les vestiges du déluge deviennent des attractions touristiques.
Saint-Jean-Vianney : 25 ans plus tard
Radio
20 min 03 s
D'anciens résidents de Saint-Jean-Vianney se rappellent la catastrophe qu'ils ont vécue au printemps 1971.