Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Élections · Élections fédérales : d'une campagne à l'autre

Période : 1949 - 2006

Élections fédérales : d'une campagne à l'autre

À chaque campagne électorale canadienne, les chefs de partis mènent une bataille sans merci pour prendre le pouvoir. Par leurs nombreuses promesses et leurs discours, ils tentent de charmer les citoyens. De Louis Saint-Laurent à Paul Martin, de chaudes luttes, d'amères défaites et de grandes victoires ont marqué les élections fédérales.

icone_tv
10 clips télé
icone_micro
7 clips radio

2006 : le retour des conservateurs

Date de diffusion : 24 janvier 2006

Le 23 janvier 2006, les Canadiens élisent un gouvernement conservateur minoritaire, après douze années ininterrompues de règne libéral. Le parti de Stephen Harper remporte 124 des 308 sièges, alors que la majorité absolue est de 155 sièges. Les libéraux de Paul Martin font élire quant à eux 103 députés, et évitent la débâcle appréhendée à la suite du scandale des commandites.

Pour sa part, avec 51 députés élus, le Bloc québécois perd trois circonscriptions par rapport aux élections de 2004. Contre toute attente, les conservateurs gagnent 10 sièges au Québec. Enfin, le NPD fait élire 29 députés, 11 de plus qu'au dernier Parlement. Il remporte 4 nouveaux sièges en Colombie-Britannique.

Le lendemain des élections, RDI présente une série de reportages sur les résultats. Alexandra Szacka résume la complexe arithmétique électorale et signale la résistance ontarienne : la province élit 55 députés libéraux contre 39 conservateurs. De son côté, Bertrand Hall décrit les réactions des perdants. Le journaliste rappelle entre autres l'une des surprises de la soirée : l'annonce par Paul Martin qu'il quittera la direction du Parti libéral.

2006 : le retour des conservateurs

• La campagne électorale de l'hiver 2006 a duré 56 jours. Au moment du déclenchement des élections, le 29 novembre 2005, Paul Martin dirigeait un gouvernement libéral minoritaire avec 133 représentants de son parti. Le Parlement comptait en outre 98 députés conservateurs, 53 bloquistes et 18 néo-démocrates, auxquels s'ajoutaient quatre élus indépendants et deux sièges vacants.

• Le 23 janvier 2006, les conservateurs remportent 36 % des suffrages exprimés, contre 30 % pour les libéraux, 17 % pour le NPD et 11 % pour le Bloc québécois.

• Si, avant le jour du scrutin, les sondages avaient bien prévu l'élection du Parti conservateur, que celui-ci ne parvienne pas à remporter une majorité de sièges fut une surprise pour la plupart des analystes.

• Au cours de la campagne, les conservateurs ont dévoilé une à une les politiques de leur programme. Le parti a maintenu la ligne dure en empêchant ses candidats les plus radicaux d'aborder des questions sociales délicates avec les médias nationaux.

• Les conservateurs promettaient une baisse de la TPS, le remplacement du programme national des garderies par une aide directe de 1200 $ par enfant par année, et un durcissement judiciaire. Il souhaitait aussi mettre un frein au déséquilibre fiscal et « faire le ménage » à Ottawa en adoptant une loi sur l'imputabilité politique.

2006 : le retour des conservateurs

Média : Télévision

Émission : Élections Canada 2006 - Le bilan

Date de diffusion : 24 janvier 2006

Invité(s) : Gilles Duceppe, Stephen Harper, Jean Lapierre, Jack Layton, Paul Martin

Ressource(s) : Geneviève Asselin, Bernard Derome, Bertrand Hall, Alexandra Szacka

Durée : 5 min 50 s

Dernière modification :
28 mai 2009


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
17 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Jean Chrétien : qui l'aime le suive
Dossier
Chez Jean Chrétien, le cheminement du politicien comme de l'homme témoigne d'une remarquable cohérence.
Mackenzie King, une vie au service de l'État
Dossier
William Lyon Mackenzie King dirige la destinée du Canada pendant 22 ans, de 1921 à 1930, puis de nouveau de 1935 à 1948.