Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Élections · 1972 : chaude lutte électorale

1972 : chaude lutte électorale

Date de diffusion : 12 octobre 1972

À la mi-campagne électorale de 1972, Radio-Canada présente un portrait des chefs des quatre principaux partis en lice. Le libéral Pierre Elliott Trudeau et le conservateur Robert Stanfield mènent la lutte. Quant aux deux autres chefs, le créditiste Réal Caouette et le néo-démocrate David Lewis, ils briguent de nouveaux sièges au Parlement.

Les libéraux de Pierre Elliott Trudeau remportent de justesse les élections du 30 octobre 1972 avec 109 sièges contre 107 pour les progressistes-conservateurs.

Au pouvoir depuis 1968, Pierre Elliott Trudeau est un adversaire redoutable. Charismatique et très médiatique, il recueille un grand nombre de voix avec sa vision claire et forte d'un Canada bilingue. Lors des élections, le Parti libéral met en valeur son dynamisme, qui contraste avec l'effacement de son principal opposant. Son obstination à tenir tête aux politiciens québécois rend Trudeau populaire auprès d'une majorité d'électeurs anglophones.

Mais si, au Québec, les libéraux possèdent un monopole presque total, ils ne reçoivent pas l'appui de l'ouest du pays.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui remplace la Co-operative Commonwealth Federation (CCF) en 1961, fait élire 31 députés aux élections de 1972. Le NPD gagne des voix en Ontario et dans l'ouest du pays. De leur côté, les créditistes de Réal Caouette remportent 15 sièges au Québec, mais le Crédit social s'écroule en Alberta.

Avec des écarts serrés entre conservateurs et libéraux, une vingtaine de dépouillements judiciaires sont prévus au lendemain des élections. Un mois plus tard, Pierre Elliott Trudeau réussit à former un gouvernement minoritaire.

1972 : chaude lutte électorale

• Robert L. Stanfield dirige la Nouvelle-Écosse de 1956 à 1967. Élu à la tête du Parti progressiste-conservateur du Canada en 1967, il y demeure neuf ans. Au cours de cette période, il perd trois élections face à Pierre Elliott Trudeau.

• Intègre et modéré, Stanfield actualise la politique du parti et consolide les appuis remportés par John Diefenbaker dans l'Ouest et dans les provinces Maritimes.

• Le budget du ministre des Finances John Turner est rejeté par la Chambre des communes en mai 1974, ce qui entraîne de nouvelles élections. Lors du scrutin, le 8 juillet, les libéraux de Pierre Elliott Trudeau renouent avec un gouvernement majoritaire en obtenant 141 sièges.

• Pour les élections de l'été 1974, le gouvernement canadien instaure un plafonnement des dépenses électorales et impose aux partis et aux candidats le dévoilement de leurs sources de revenus.

• En 1970, l'âge minimum pour voter au Canada passe de 21 à 18 ans. Autre changement à partir des élections de 1972 : sur le bulletin de vote, le nom du parti politique apparaît au-dessous du nom de chaque candidat.

• Le directeur de scrutin d'une circonscription est obligé de demander un dépouillement judiciaire si le nombre de voix séparant deux candidats est inférieur à un millième du vote exprimé, ou si on présume qu'il y a eu erreur lors du dépouillement.

1972 : chaude lutte électorale

Média : Télévision

Émission : La mi-campagne électorale

Date de diffusion : 12 octobre 1972

Invité(s) : Réal Caouette, David Lewis, Robert Stanfield, Pierre Elliott Trudeau

Ressource(s) : Bernard Derome, Normand Lester, Paul Racine

Durée : 16 min 02 s

Dernière modification :
28 mars 2011


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
1949 : Saint-Laurent élu par les Canadiens
Radio
3 min 28 s
En 1949, le Parti libéral conserve le pouvoir avec à sa tête un premier ministre francophone.
1958 : écrasante majorité pour Diefenbaker
Télévision
11 min 57 s
Retour sur la campagne électorale qui permet aux progressistes-conservateurs de remporter une victoire éclatante en 1958.