Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Élections · 1949 : Saint-Laurent élu par les Canadiens

1949 : Saint-Laurent élu par les Canadiens

Date de diffusion : 27 juin 1949

Au pouvoir depuis novembre 1948, le libéral Louis Saint-Laurent affronte le chef conservateur George Drew lors des élections du 27 juin 1949. En compagnie de sa famille, le premier ministre apprend les résultats du scrutin dans sa demeure de Québec. Il accueille alors une vingtaine de journalistes qui compilent les chiffres affluant de tout le pays sous forme de rapports.

Une fois sa victoire confirmée, Louis Saint-Laurent prononce cette allocution sur les ondes de Radio-Canada. Il remercie les électeurs de la confiance qu'ils lui accordent.

Les libéraux gouvernent le pays de 1935 à 1957. Selon les analystes, ils récoltent la majorité du vote francophone et catholique, alors que les progressistes-conservateurs recueillent surtout celui des anglo-protestants. Ce clivage révèle les divisions de ces groupes face à l'appartenance à l'Empire britannique. L'arrivée de nouveaux groupes ethnoculturels efface toutefois ce clivage.

Des différences marquées existent aussi entre le vote urbain et le vote rural. Les agriculteurs s'opposent à la hausse des tarifs protectionnistes voulue par les industriels et les ouvriers, et proposée par les conservateurs, ce qui favorise les libéraux.

Succédant à William Lyon Mackenzie King, Louis Saint-Laurent obtient une victoire majoritaire aux élections de 1949 et 1953. Le Parti libéral de Saint-Laurent remporte la majorité des voix au Québec, au Manitoba et dans une bonne partie des provinces atlantiques.

Au cours de cette période de prospérité, les libéraux affrontent des bastions conservateurs en Ontario et en Colombie-Britannique. La CCF (Co-operative Commonwealth Federation) est très forte en Saskatchewan et en Colombie-Britannique, et le Crédit social domine en Alberta.

1949 : Saint-Laurent élu par les Canadiens

• Premier ministre de l'Ontario de 1943 à 1948, George Drew devient chef du Parti progressiste-conservateur fédéral en 1948. Pour gagner les élections de 1949, il courtise le Québec en prônant l'autonomie provinciale et en s'opposant à la centralisation des programmes fiscaux et sociaux du fédéral.

• Le passé anglophile et francophobe de Drew l'empêche cependant d'obtenir le vote des Canadiens français. George Drew quitte son poste en 1956 pour être remplacé par John Diefenbaker.

• À partir des élections fédérales de 1921, l'arrivée de nouveaux partis s'appuyant sur un électorat régional met fin au bipartisme en place depuis 1867. Le Parti libéral l'emporte ainsi sur deux partis opposants en 1921 : les progressistes et les conservateurs.

• La CCF et le Crédit social connaissent leurs premières élections en 1935. Au fil des élections, ces partis gagnent de nouveaux électeurs et font élire quelques députés, mais ne réussissent pas à affaiblir la domination libérale de l'époque.

• Le Canada est divisé en circonscriptions électorales, appelées couramment comtés. Les citoyens de chacune de ces circonscriptions peuvent élire un député à la Chambre des communes.

• Le parti politique qui obtient la majorité des sièges à la Chambre des communes remporte les élections, et son chef devient premier ministre. Le parti qui arrive deuxième quant au nombre de députés forme l'opposition officielle.

1949 : Saint-Laurent élu par les Canadiens

Média : Radio

Émission : Louis S. St-Laurent

Date de diffusion : 27 juin 1949

Invité(s) : Louis S. St-Laurent

Ressource(s) : Lucien Côté

Durée : 3 min 28 s

Dernière modification :
8 septembre 2008


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
1958 : écrasante majorité pour Diefenbaker
Télévision
11 min 57 s
Retour sur la campagne électorale qui permet aux progressistes-conservateurs de remporter une victoire éclatante en 1958.
1965 : Pearson fait campagne
Télévision
4 min 57 s
Lester B. Pearson se rend dans la région de Québec lors des élections de 1965 pour gagner des voix.