Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Droits et libertés · La croisade de Georges Erasmus

Période : 1985 - 1996

La croisade de Georges Erasmus

Georges Erasmus est l'un des plus grands leaders autochtones au Canada. Avocat de formation, il devient tour à tour président de la nation dénée, chef de l'Assemblée des Premières nations et coprésident de la Commission Erasmus-Dussault sur les peuples autochtones. Sa contribution pour l'avancement des droits des autochtones a permis aux peuples des Premières nations de devenir un élément incontournable de la question constitutionnelle.

icone_tv
8 clips télé
icone_micro
10 clips radio

Georges Erasmus, chef des Premières nations

Date de diffusion : 30 juillet 1985

Comme le démontre ce reportage, le charisme, le franc-parler et les talents de négociateur de Georges Erasmus lui confèrent le titre de chef de l'Assemblée des Premières nations en 1985. À un moment décisif de l'histoire politique des autochtones, le nouveau président a fort à faire. Il doit, entre autres, faire des Premières Nations un joueur incontournable sur l'échiquier politique canadien.

Descendant de la nation Dénés, Georges Henry Erasmus est né en 1948 à Fort Rae (Rae Edzo), dans les Territoires-du-Nord-Ouest. Erasmus est issu d'une famille de 12 enfants. Il fait ses premiers pas en politique au début des années 1970, alors qu'il devient membre du conseil de bande de Yellowknife. Son implication au sein de la communauté lui permet d'être élu président de la nation dénée à l'âge de 28 ans. Il occupera cette fonction pendant sept ans, soit entre 1976 et 1983.

Au milieu des années 1970, lors de l'implantation du pipeline de la vallée du Mackenzie, au Yukon et en Alaska, Georges Erasmus lutte contre les conséquences environnementales d'un tel projet. Les arguments qu'il dépose au cours des audiences d'une commission d'enquête sont pris en considération par le juge Thomas Berger. Erasmus gagne son combat et fait de la question environnementale un élément indissociable de la création du pipeline.

Georges Erasmus, chef des Premières nations

• Rae-Edzo est l'union de deux villages (Rae et Edzo) séparés par 6 km de distance, sur les rives opposées de la partie septentrionale du Grand Lac des Esclaves. Le nom provient d'un ancien chef local. Le recensement de 1996 a enregistré 1662 habitants. Les deux langues parlées sont le dogrib et l'anglais.

• Le nom Déné signifie « les gens » et désigne les 10 000 autochtones répartis dans la région occidentale des Territoire-du-Nord-Ouest. L'athapascane du Nord est l'ensemble des langues parlées par les Dénés, dont les principales sont le gwich'in, l'esclave du Sud, le flanc-de-chien et le tchippewayan.

Georges Erasmus, chef des Premières nations

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 30 juillet 1985

Invité(s) : David Ahenakew, Georges Erasmus

Ressource(s) : Marc Béliveau

Durée : 1 min 24 s

Dernière modification :
9 avril 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




clips précédents
Activez le Javascript sur votre navigateur...
clips suivants
18 clips dans ce dossier . page
Découvrez aussi
Août 1990, Erasmus hausse le ton
Télévision
1 min 28 s
La tension monte d'un cran lorsque le gouvernement provincial rejette la proposition de reddition des Mohawks de Kanesatake.