Aller au menu Plan du site

*************** AVIS AUX VISITEURS *************** Attention : cette section ne sera plus accessible à compter du 30 novembre 2019.
Pour découvrir les archives de Radio-Canada, consultez la nouvelle section.
Pour découvrir les contenus d´archives accessibles aux écoles, consultez Curio.ca.
Pour trouver des réponses à vos questions concernant les archives de Radio-Canada, consultez la Foire aux questions(FAQ).

  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Droits et libertés · L'importance de sortir de l'anonymat

L'importance de sortir de l'anonymat

Date de diffusion : 28 avril 1980

Les 26 et 27 avril 1980, 300 personnes assistent au premier symposium québécois sur l'homosexualité. Cette rencontre s'adresse d'abord aux intervenants de la santé qui travaillent auprès des homosexuels. Pour une fois, l'homosexualité n'est pas vue comme un problème médical ou psychologique.

La journaliste Madeleine Champagne a rencontré l'organisateur de l'événement, Alain Bouchard, et s'est entretenue avec quelques homosexuels pour avoir leur point de vue sur leur situation sociale.

Au début des années 1980, malgré toutes les avancées, des préjugés ou une gêne face à l'homosexualité persistent. La société a grand besoin d'être éduquée aux réalités que vivent les gais et les lesbiennes afin de ne plus voir l'homosexuel comme un malade ou un pédophile. L'éducation doit se faire autant dans la famille qu'à l'école.

Les gais et lesbiennes qui militent revendiquent aussi des services sociaux qui leur soient adaptés, une reconnaissance du couple homosexuel et la fin de l'homophobie dans les médias.

Pour parvenir à transformer leur « statut » dans la société, il a d'abord fallu qu'un nombre minimal de personnes s'acceptent et s'affirment publiquement comme gais et lesbiennes.

Depuis les deux dernières décennies, la reconnaissance sociale de l'homosexualité va en augmentant. Les gais et les lesbiennes sont désormais reconnus comme une force économique et politique importante. Les tribunaux et les gouvernements se montrent plus favorables aux droits des homosexuels.

L'importance de sortir de l'anonymat

• Dès juin 1979, l'Association pour les droits des gai(e)s du Québec organise une semaine de fierté gaie à l'occasion des fêtes de la Saint-Jean-Baptiste. Plus de 200 personnes, en majorité des lesbiennes issues du groupe Coop-femmes, y participèrent.

• Pour sa dixième édition, en 2002, le festival de la fierté lesbienne, gaie, bisexuelle, transsexuelle et travestie à Montréal attire plus d'un million de personnes, dont 800 000 à son défilé.

• Le gouvernement du Québec reconnaît légalement les unions de fait entre conjoints de même sexe à partir du mois de juin 1999. Les couples de gais ou de lesbiennes obtiennent alors des droits économiques équivalents à ceux accordés aux conjoints de fait hétérosexuels.

• Le 6 septembre 2002, la Cour supérieure du Québec juge que l'État agit de façon discriminatoire lorsqu'il limite le mariage à une union entre personnes de sexe opposé. Elle accorde une période de 24 mois au Parlement afin qu'il modifie la loi.

• Depuis la fin des années 1990, Égale, le principal groupe canadien militant pour les droits des gais et des lesbiennes demande que le mariage soit rendu possible pour les couples de même sexe. Les militants considèrent que l'union civile est une version allégée du mariage, un mariage de second rang en quelque sorte.

• Le 9 décembre 2004, la Cour suprême du Canada reconnaît que le gouvernement fédéral peut changer la définition du mariage civil pour y inclure les couples de même sexe. Cependant, le plus haut tribunal du pays affirme que les autorités religieuses ont le droit de refuser de procéder à des mariages non conformes à leurs croyances.

L'importance de sortir de l'anonymat

Média : Radio

Émission : Présent édition québécoise

Date de diffusion : 28 avril 1980

Invité(s) : Alain Bouchard

Ressource(s) : Madeleine Champagne

Durée : 6 min 32 s

Dernière modification :
2 février 2005


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Des malades<br> qu'il faut guérir
Radio
5 min 48 s
Dans les années 1960, les homosexuels sont vus par les psychiatres comme des gens malades.
L'Église condamne l'homosexualité
Radio
5 min 46 s
L'Église catholique considère l'homosexualité comme un péché.