Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Droits et libertés · La communauté gaie s'organise

La communauté gaie s'organise

Date de diffusion : 20 février 1979

Porté au pouvoir en novembre 1978, le maire de Toronto John Sewell est le premier élu à prendre ouvertement la défense de la communauté homosexuelle de la ville. Le 15 janvier 1979, il dénonce la discrimination pratiquée contre les homosexuels. Le lendemain, Sewell fait face à une série de protestations.

Ce reportage unique montre la déclaration courageuse du maire et trace un portrait de la communauté gaie de Toronto à la fin des années 1970.

Dès la fin des années 1970 et jusque dans les années 1980, dans plusieurs grandes villes nord-américaines, les organismes destinés aux gais vont proliférer : centres communautaires, groupes religieux, agences de voyages, restaurants, etc. De plus, il y aura formation de groupes de jeunes, d'organisations ethniques et d'associations universitaires pour gais et lesbiennes.

L'homosexualité passe d'une culture secrète, cachée, à une communauté intégrée dans le tissu social des villes.

Des espaces publics urbains où se retrouvent les homosexuels se sont développés dans certains quartiers des grandes villes occidentales. À Montréal, les gais et les lesbiennes ont commencé à fréquenter des commerces du quartier Centre-Sud et à y habiter. Au début des années 1980, un secteur appelé « Village gai » prend forme et contribuera à donner une visibilité à la minorité gaie et lesbienne. Une culture spécifique, ayant une certaine influence sur l'ensemble de la société, s'y manifeste.

La communauté gaie s'organise

• Le discours de John Sewell a lieu lors d'une assemblée d'information sur le procès du journal Body Politic. Les propriétaires de cette publication, accusés en 1978 d'avoir publié un article jugé obscène, sont acquittés en mars 1979. La Cour de l'Ontario fait appel de cette décision.

• La revue de libération gaie Body Politic paraît entre 1971 et 1987. Elle possédait quelques milliers d'abonnés, dont le tiers demeuraient au dehors du Canada.

• En 1978, la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) refuse de louer un local à l'ADGQ. L'Association s'en plaint sans succès auprès de la Commission des droits de la personne, qui affirme que la CECM peut refuser de prêter un local en vertu du droit à la liberté de religion.

• L'ADGQ gagne un procès contre la Commission des écoles catholiques de Montréal en novembre 1979. La Cour supérieure du Québec reconnaît que le refus de prêter un local en raison de l'orientation sexuelle est discriminatoire.

• En 1980, le nombre d'homosexuels à Toronto est estimé à 200 000, soit la troisième communauté gaie en importance, après celles de San Francisco et New York. Il y a alors à Toronto plus d'une trentaine de groupes de services ou d'organismes militants.

• Le 5 février 1981 ont lieu à Toronto des descentes policières dans quatre saunas fréquentés par des gais : 286 personnes sont arrêtés par 150 policiers. Le lendemain, 3000 personnes manifestent.

La communauté gaie s'organise

Média : Télévision

Émission : Ce soir

Date de diffusion : 20 février 1979

Invité(s) : Jacques Gauthier, Georges Hislop, Brian Mossop, John Sewell

Ressource(s) : Gérard-Marie Boivin, Paule Doré

Durée : 8 min 22 s

Dernière modification :
19 avril 2004


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Des malades<br> qu'il faut guérir
Radio
5 min 48 s
Dans les années 1960, les homosexuels sont vus par les psychiatres comme des gens malades.
L'Église condamne l'homosexualité
Radio
5 min 46 s
L'Église catholique considère l'homosexualité comme un péché.