Aller au menu Plan du site
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille

CBC Digital Archives

Accueil · Politique · Droits et libertés · Des malades qu'il faut guérir

Des malades
qu'il faut guérir

Date de diffusion : 18 février 1965

Depuis l'Antiquité, des écrivains et des philosophes rapportent le récit d'hommes attirés par les hommes et de femmes aimant les femmes. Mais pendant des siècles, l'homosexualité a été vécue dans l'anonymat. Pécheur, malade ou criminel, l'homosexuel a constamment été mis à l'écart.

Pour Jean-Baptiste Boulanger, l'homosexualité « manifeste » serait un arrêt dans la progression psychologique d'un individu. Comme la plupart des psychiatres des années 1960, il est convaincu que ce « mal » peut se guérir.

Le monde médical se penche sur le phénomène de l'homosexualité à partir de la fin du XIXe siècle. Médecins et psychiatres s'efforcent d'en trouver les causes et cherchent à guérir ceux qui en sont atteints.

Les scientifiques leur colleront l'étiquette d'homosexuels. Ils croiront « la maladie » héréditaire, issue d'une physiologie particulière ou bien d'un déséquilibre du système hormonal. Parfois, ils verront même cette « erreur de la nature » comme étant contagieuse.

Au moment où la psychiatrie, la médecine et les médias entretiennent des stéréotypes sur l'homosexualité, des discours plus ouverts apparaissent.

De 1949 à 1964, Jim Egan de Toronto écrit des lettres aux journaux et revues afin de critiquer les images trompeuses véhiculées sur l'homosexualité et de demander une réforme des lois discriminatoires à l'égard de l'orientation sexuelle. Des psychiatres souhaitent une plus grande tolérance envers l'homosexuel, et le sexologue Franz Manouvrier brise certains préjugés sur les homosexuels, comme celui voulant qu'ils se travestissent tous.

Des malades
qu'il faut guérir

• Avant 1969, au Canada, la pratique d'actes homosexuels constituait un crime selon la loi. Certains d'entre eux tombaient sous le coup du Code criminel canadien, dont deux articles prohibaient la sodomie et la grossière indécence.

• Pour le psychiatre des années 1960, l'homosexualité a son origine dans le développement sexuel de l'enfant. S'inspirant des théories freudiennes sur le complexe d'Œdipe, il affirme que « l'altération de l'instinct sexuel » pourrait apparaître lorsque l'enfant est surprotégé par sa mère ou que son père est absent…

• Le rapport des recherches d'Alfred Kinsey, publié en 1948, indique que sur 5300 hommes, le tiers auraient déjà eu des relations homosexuelles et que 10 % seraient exclusivement homosexuels. Même si les chiffres avancés par Kinsey ont été l'objet de débat depuis ce temps, ils ont amené le sujet de l'homosexualité sur la place publique.

• En 1953, Kinsey publie le rapport d'une recherche similaire effectuée sur 5900 femmes. De 2 à 6 % seraient exclusivement homosexuelles et 13 % auraient eu au moins une expérience homosexuelle.

• Le militant des années 1950, Jim Egan, refait surface dans les années 1990 alors qu'il demande au gouvernement le droit de recevoir la pension de son conjoint, avec qui il vit en couple depuis cinquante ans. En mai 1995, la Cour suprême refuse cette demande, tout en poussant le gouvernement à reconnaître qu'une personne ne peut pas être discriminée à cause de son orientation sexuelle.

Des malades
qu'il faut guérir

Média : Radio

Émission : Partage du jour

Date de diffusion : 18 février 1965

Invité(s) : Jean-Baptiste Boulanger

Ressource(s) : Normand Cloutier

Durée : 5 min 48 s

Dernière modification :
15 avril 2003


Fin de la liste
    etoile etoile etoile etoile etoile
  • Évaluez
  • Partagez ce clip
  • Citez ce clip




Découvrez aussi
Comment utiliser le drapeau
Radio
6 min 09 s
Un drapeau national devrait être hissé rapidement et descendu lentement, avec respect.
Pas de première pour « La terre à boire »
Radio
13 min 17 s
Le jour de la première du film de Jean-Paul Bernier, le Bureau de censure décide que le film ne peut être projeté au Québec. Les artisans sont sous le choc.